Aller au contenu principal

Edito
Du neuf dans l'élevage

"Cela ne me convenait pas d’envoyer des bêtes à l’abattoir, surtout des chevreaux – ce sont des animaux très attachants. Et puis des chèvres qui mettent bas tous les ans, c’est beaucoup de souffrances", explique Jean-Yves Ruelloux, éleveur dans le Morbihan.
© pixabay

Les fondateurs de la start-up Poulehouse n’étaient donc pas les seuls Français à se lancer dans l’élevage sans abattage. Depuis vingt ans, sans écho ou très peu, au moins trois éleveurs de chèvres ont tenté – chacun dans leur coin – cette folle aventure. Quoi qu’on en pense sur le plan moral, il faut saluer ces initiatives – très délicates sur le plan économique. D’abord parce qu’elles pourraient ramener de la valeur dans la filière élevage, tout comme l’ont fait en leur temps les pionniers du plein air, ou du bio. Rappelons qu’elles réussissent le tour de force de convertir le marché végétarien en relais de croissance pour... l’élevage ! Au passage, prenons ici le pari que dans les cinq ans, une gamme de produits laitiers « sans abattage » apparaîtra dans les rayons de certaines enseignes des grandes villes.

Du point de vue des idées, ces expériences concrètes vont également faire évoluer les débats. Une nouvelle idée de l’élevage est née, non pas de la tête d’intellectuels, mais d’éleveurs. Jusqu’ici, deux grands camps semblaient s’affronter : les abolitionnistes, qui ne supportent ni l’abattage, ni l’élevage ; et
les welfaristes comme Jocelyne Porcher, qui tiennent à l’élevage – réformé –, mais aussi à la mise à mort des animaux. Jean-Yves Ruelloux, Alexandra Dupont
et Aline de Bast proposent un entre-deux : maintenir la relation domestique, sans la mise à mort
. Peut-être feront-ils bouger les lignes. Problème – mais ça n’a rien à voir – leur système n’est, à première vue, pas très écologique.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Confinement ou pâturage, concertation ou carnage ?

"À l’heure où les défenseurs du bien-être animal et les écologistes demandent l’interdiction de l’élevage en intérieur, la…

L’agriculture victime de pirates informatiques
La chambre d'agriculture des Deux-Sèvres victime d'une cyberattaque qui touche plus largement la région Nouvelle-Aquitaine et…
S’installer… quand on est prêt
Tondeur de moutons, Alexandre Sarrazin a hésité à s’installer pendant plusieurs années avant de franchir le pas à l’âge de 31 ans…
Attestation permanente exploitant agricole
La Fnsea et JA 79 ont obtenu la validation de l’attestation permanente spéciale exploitant agricole par le préfet des Deux-Sèvres…
Pâtures & Papilles veut régaler les consommateurs
Quatre élevages du secteur de Parthenay planchent sur l’élaboration d’un nouveau label basé sur un engraissement 100% herbager.…
Les exploitants agricoles, piliers des sapeurs-pompiers volontaires
Parce qu’il doit assurer l’avenir, le service départemental d’incendie et de secours (Sdis 79) est à la recherche de volontaires…
Publicité