Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Edito
Du neuf dans l'élevage

"Cela ne me convenait pas d’envoyer des bêtes à l’abattoir, surtout des chevreaux – ce sont des animaux très attachants. Et puis des chèvres qui mettent bas tous les ans, c’est beaucoup de souffrances", explique Jean-Yves Ruelloux, éleveur dans le Morbihan.
© pixabay

Les fondateurs de la start-up Poulehouse n’étaient donc pas les seuls Français à se lancer dans l’élevage sans abattage. Depuis vingt ans, sans écho ou très peu, au moins trois éleveurs de chèvres ont tenté – chacun dans leur coin – cette folle aventure. Quoi qu’on en pense sur le plan moral, il faut saluer ces initiatives – très délicates sur le plan économique. D’abord parce qu’elles pourraient ramener de la valeur dans la filière élevage, tout comme l’ont fait en leur temps les pionniers du plein air, ou du bio. Rappelons qu’elles réussissent le tour de force de convertir le marché végétarien en relais de croissance pour... l’élevage ! Au passage, prenons ici le pari que dans les cinq ans, une gamme de produits laitiers « sans abattage » apparaîtra dans les rayons de certaines enseignes des grandes villes.

Du point de vue des idées, ces expériences concrètes vont également faire évoluer les débats. Une nouvelle idée de l’élevage est née, non pas de la tête d’intellectuels, mais d’éleveurs. Jusqu’ici, deux grands camps semblaient s’affronter : les abolitionnistes, qui ne supportent ni l’abattage, ni l’élevage ; et
les welfaristes comme Jocelyne Porcher, qui tiennent à l’élevage – réformé –, mais aussi à la mise à mort des animaux. Jean-Yves Ruelloux, Alexandra Dupont
et Aline de Bast proposent un entre-deux : maintenir la relation domestique, sans la mise à mort
. Peut-être feront-ils bouger les lignes. Problème – mais ça n’a rien à voir – leur système n’est, à première vue, pas très écologique.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Agriculture de conservation, Deux-Sèvres.
La plante nourrit les animaux, les racines le sol
Noam Cornuault organisera sur son exploitation, à l’automne, avec la chambre d’agriculture, un rendez-vous des couverts. Il…
Publicité