Aller au contenu principal

D'un élevage extensif à un élevage sans OGM, il n'y a qu'un pas

Le Gaec Baudron adhère au projet de lait UHT sans OGM de la laiterie de Pamplie, depuis le 1er janvier 2018. Le 1er août, il a effectué sa première livraison sans OGM. « On n'a eu que peu de changements à réaliser sur l'alimentation des animaux », constate Sarah Baudron.

Sarah Baudron, avec l'un de ses quatre Border collies et ses vaches, au lieu-dit Les Belles Foyes,
à Vernoux-en-Gâtine.
Sarah Baudron, avec l'un de ses quatre Border collies et ses vaches, au lieu-dit Les Belles Foyes,
à Vernoux-en-Gâtine.
© Anne Frintz

Au lieu-dit Les Belles Foyes, à Vernoux-en-Gâtine, Sarah Baudron dit de ses vaches qu'elles sont « benaises ». Au pâturage neuf mois sur douze, elles semblent, en effet, apprécier le grand air.

Le Gaec Baudron, depuis sa création au début des années 1980, a toujours livré à la laiterie de Pamplie. Sarah, 29 ans, est administratrice de la coopérative. Quand la laiterie a parlé de son projet de lait UHT sans OGM, avec une prime de 6 EUR les 1 000 l pour du lait sans OGM, payée aux producteurs, Sarah n'a pas hésité une seconde à se lancer dans l'aventure. « On y est passé rapidement. On n'a eu que peu de changements à réaliser sur l'alimentation des animaux. On a juste changé l'aliment acheté, le correcteur azoté précisément, composé de soja et de colza. On a choisi un correcteur azoté garanti sans OGM, qui a coûté 10 EUR de plus à la tonne, en 2018, que le correcteur avec OGM de 2017 », indique Sarah, qui se fournissait et se fournit toujours chez Agri Pasquier. Il faut six mois de conversion pour que le lait soit considéré sans OGM.

95 ha de prairies

Le père de Sarah, Éric, 57 ans, l'un des associés du Gaec, a été, en 1995, l'un des premiers éleveurs du coin à basculer ses terres en prairies ; un choix économique et idéologique. « Il préfère passer moins de temps sur le tracteur », approuve Sarah. Sur 162 ha, aujourd'hui, la ferme compte 95 ha de prairies. Elle produit des céréales (22 ha de triticale, 8 ha d'avoine et « le reste en maïs ») pour nourrir ses vaches - les 70 laitières « croisées » et les allaitantes, des Charolaises - et vend la récolte de 10 ha. « Il n'y avait pas d'OGM dans nos cultures », souligne Sarah. Élevage extensif et céréales non OGM ont grandement facilité la conversion.

« On privilégie le taux de matière grasse et le taux protéique du lait au volume de production : 500 000 l à l'année », précise Sarah, qui ne note pas d'évolution, quant à cela, depuis qu'elle produit sans OGM. Le prix de base payé par Pamplie est de 325 EUR les 1 000 l. Sarah reçoit 6 EUR de plus pour le lait sans OGM et des complémentations de prix pour les forts taux protéiques et de matière grasse. « Ça compense les petits volumes de production, remarque-t-elle. On n'a pas moins de travail, en extensif, mais nos vaches sont moins poussées, elles ont peut-être moins de problèmes sanitaires », une autre façon, encore, de gagner de l'argent.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
Publicité