Aller au contenu principal

Ecologie
Ecologiquement intensif : le mariage de la nature et de la science

La chambre régionale d’agriculture a accueilli Michel Griffon, président de l’association pour l’Agriculture écologiquement intensive. Le scientifique propose un concept de développement agricole qui repose sur l’utilisation intensive des mécanismes naturels.

Pour Michel Griffon, « il faut trouver des solutions pour augmenter les rendements à l’hectare, tout en limitant fortement les atteintes à l’environnement ».
Pour Michel Griffon, « il faut trouver des solutions pour augmenter les rendements à l’hectare, tout en limitant fortement les atteintes à l’environnement ».
© C. P.

L’agriculture écologiquement intensive (AEI) est un concept qui fait débat. Cette réalité n’est pas pour déplaire à Michel Griffon. « Il faut ouvrir les discussions », appelle-t-il. Le président de l’association internationale qui porte cette démarche était en Deux-Sèvres mercredi 25 avril. Dans les locaux de la maison de l’agriculture aux Ruralies, l’invité de la chambre régionale rappelait les ambitions du collectif à l’initiative de ce programme de recherche : « Produire plus et mieux ».
L’association des mots écologie et intensif comparable pour certains « au mariage de la carpe et du lapin », cite le scientifique, exprime à ses yeux l’union de la nature et de la science. « Sans dogme et ouvert à tout modèle agricole », affirme-t-il, le collectif à l’œuvre depuis quatre ans cherche des solutions pour relever les défis qui se présentent à l’agriculture. « La raréfaction des énergies fossiles affecte lourdement le prix du fioul, mais également de l’azote. Le phosphate est tiré d’un gisement que l’on sait épuisable. Le coût des intrants va continuer à augmenter dans les années avenir. Dans le même temps, les prix des produits agricoles connaîtront des fluctuations importantes. La combinaison de ces deux paramètres va vous mettre, vous agriculteurs, dans une situation diamétralement opposée à la grande tranquillité que vous avez connue ces trente dernières années. Des alternatives doivent être trouvées pour maîtriser les coûts. »

Lire la suite en page 3 d'Agri79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Le guichet pour les aides de crise ouvre le 22 juillet
Annoncée en mars, l’aide aux éleveurs ayant dégagé un revenu inférieur à 11000€ en 2020 sera mobilisable du 22 juillet au 15…
Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité