Aller au contenu principal

Manutention
Economie de temps et de gestes grâce au godet désileur

Distribution des granulés en huit minutes au Gaec Les Mottes. Les chèvres passent à table tandis que les associés peuvent terminer leur journée de travail. Un gain de temps et des gestes répétitifs en moins grâce au godet désileur.

Patrice Branger et ses associés ont investi dans un godet désileur il y a environ cinq ans.
Patrice Branger et ses associés ont investi dans un godet désileur il y a environ cinq ans.
© D. P.

Chez Patrice Branger, installé à Aiript, l’arrivée de son neveu au sein du Gaec Les Mottes, a été l’occasion de revoir l’organisation du travail. « Nous souhaitions (Ndlr, lui et son frère) l’installer dans de bonnes conditions », souligne-t-il. Et pouvoir disposer de temps libre faisait partie desdites bonnes conditions. «Depuis que l’on distribue les granulés au télescopique muni d’un godet désileur, on gagne beaucoup de temps. Pour nourrir les 700 chèvres (référence laitière de 650 000 litres) dont chacune d’entre elles  consomme chaque soir après la traite 500 grammes de bouchons Verdi, il fallait compter environ quarante minutes pour une personne. Aujourd’hui, c’est fait en huit minutes.» Et l’éleveur de chèvres de préciser dans un large sourire que dorénavant le week-end, la présence d’un seul associé suffit. Sans oublier l’économie de gestes qu’offre la mécanisation  car avant l’utilisation de cet outil, la distribution se faisait au seau ou à la brouette distributrice, le tas d’aliments étant situé au beau milieu d’un couloir de 126 mètres de long.  

Un outil simple et solide
Rustique et à la mécanique d’une simplicité enfantine, le godet désileur ne connaît pas la panne selon Patrice Branger. «Il remplace même le distributeur d’aliments quand celui-ci ne fonctionne pas. » Le godet quant à lui d’une capacité de 2,5 m3 est muni d’une vis sans fin qui permet la distribution de granulés. Acheté il y a environ cinq ans, il a coûté  5200 euros aux associés du Gaec Les Mottes.
« Nous l’avons acheté suite à l’acquisition du télescopique», précise l’éleveur. Lequel télescopique a été changé début 2013 pour être remplacé par un télescopique équipé de l’option pesée d’un coût de 3200 euros. «Grâce à cela, poursuit Patrice Branger, on gagne en précision. Avant c’était approximatif car on pesait le godet.» De plus, avec l’option pesée, le godet désileur est multifonctionnel.  «On pèse l’engrais, le blé quand on sème... On va le garder longtemps», conclut-il.

Lire de la page 8 à 11

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Confinement ou pâturage, concertation ou carnage ?

"À l’heure où les défenseurs du bien-être animal et les écologistes demandent l’interdiction de l’élevage en intérieur, la…

S’installer… quand on est prêt
Tondeur de moutons, Alexandre Sarrazin a hésité à s’installer pendant plusieurs années avant de franchir le pas à l’âge de 31 ans…
L’agriculture victime de pirates informatiques
La chambre d'agriculture des Deux-Sèvres victime d'une cyberattaque qui touche plus largement la région Nouvelle-Aquitaine et…
Attestation permanente exploitant agricole
La Fnsea et JA 79 ont obtenu la validation de l’attestation permanente spéciale exploitant agricole par le préfet des Deux-Sèvres…
Pâtures & Papilles veut régaler les consommateurs
Quatre élevages du secteur de Parthenay planchent sur l’élaboration d’un nouveau label basé sur un engraissement 100% herbager.…
Les exploitants agricoles, piliers des sapeurs-pompiers volontaires
Parce qu’il doit assurer l’avenir, le service départemental d’incendie et de secours (Sdis 79) est à la recherche de volontaires…
Publicité