Aller au contenu principal
Font Size

Colloque
Economiser de l’énergie en jouant sur la complémentarité ville campagne

Lors d’un colloque organisé par la chambre d’agriculture, experts et témoignages ont montré l’intérêt des initiatives locales pour une économie énergétique efficace.

Les témoignages ont illustré les leviers possibles pour consommer moins et mieux l’énergie.
Les témoignages ont illustré les leviers possibles pour consommer moins et mieux l’énergie.
© S. B.

«L’énergie est partout et s’exprime en calories, en puissance, en électricité, en consommation d’essence… Elle apparaît sous la forme d’un feu, d’une vitesse, d’une ampoule... ou ne se voit pas comme celle utilisée pour faire un steak » a introduit Julien Dossier, expert en stratégies de transition bas carbone et auteur du BETA Programme® pour l’Ademe. Ce programme concerté d’actions dans les secteurs Bâtiments, Emplois, Transports, Alimentation (BETA) propose de relocaliser les activités et de valoriser les éco ressources du territoire.
« Nous devons d’abord réduire la demande énergétique pour avoir une chance de décarbonner la filière énergétique. Je dis toujours qu’il vaut mieux fermer les fenêtres en hiver avant de dimensionner la solution de chauffage », a ironisé Julien Dossier. Pour l’expert il est urgent de consommer moins puisqu’il n’y aura plus de ressources sur les territoires : « On a estimé que si l’on consommait un hamburger de moins par semaine, on économisait 500 km en voiture. Il faudrait consommer moins, avec moins d’étapes, moins de transport ». La diversité d’un territoire comme celui du Poitou-Charentes est source d’économies, il y a plus d’acteurs différents, plus de choix et moins de pertes. Si l’alimentation est un immense réservoir d’économies d’énergie sur les territoires, pour julien Dossier, il faut aussi chercher l’énergie consommée où on ne la voit pas. « Il faut une approche systémique des territoires qui permet, par exemple, sur Fontainebleau de noter l’immense réservoir d’énergie de la forêt mais aussi la consommation d’énergie des 17 000 visiteurs qui y circulent chaque année. » Une approche qui prend en compte l’équilibre des systèmes d’échanges entre ville et campagne, la complémentarité des actions et le développement plus local pour les modèles de consommation à venir.

Lire la suite en page 6 d'Agri79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité