Aller au contenu principal

Conseils de saison
Elevage info du 8 mai

Les exploitations qui ont de forts amortissements matériels par 100 kg de viande vive ont aussi des frais d’entretien plus importants.
© Agri 79

 Maintenir le pâturage avec un robot


Le robot de traite présente des avantages, mais il implique aussi de nombreux changements. Avec du pâturage l’arrivée du robot doit être bien réfléchie. Une étude en Auvergne - Rhône-Alpes avec l’institut de l’élevage et les chambres d’agriculture propose de guider la réflexion sur la place du pâturage, la constitution de stocks fourragers et les phases de transition. On y apprend que si l’on veut garder le pâturage, cela passe par une réelle volonté de l’éleveur, car la gestion peut être plus compliquée et soumise à des conditions. Il faut alors être vigilant sur la distribution du fourrage complémentaire en fin d’après‐midi, placer le robot proche de la sortie du bâtiment. Il faut aussi avoir des chemins d’accès aménagés avec des parcelles pâturées à 800 mètres maximum et aussi une qualité homogène des prai-ries. Une gestion en paddocks (parcelles plus petites avec clôtures mobiles) pour une rotation rapide permet d’offrir en permanence une herbe de qualité, source de motivation pour les vaches. L’intervention de l’éleveur reste nécessaire pour ramener les vaches ou les déplacer sur des parcelles isolées. Globalement, moins le robot est saturé, moins de 50 vaches à la traite par stalle, moins la gestion 
de la pâture sera contraignante. Au-delà de 65, le pâturage sera compliqué à gérer et ne représentera qu’une faible part de l’alimentation.

Mécanisation et concentrés achetés en viande bovine chargent le coût de production


Le coût de production est le premier facteur expli-quant la différence de revenu entre les éleveurs. À lui seul c’est 46 % de la variation du Smic par UMO chez les naisseurs-engraisseurs et 72 % chez les naisseurs (race charolaise). Le second facteur est les aides et ensuite le prix de la viande.
La mécanisation demeure la principale charge. Contrairement aux idées reçues, les exploitations qui ont de forts amortissements matériels par 
100 kg de viande vive ont aussi des frais d’entretien plus importants. Ceci serait la conséquence d’un nombre d’heures plus important lié à beaucoup 
de stocks constitués et moins de pâturage. À court terme, le coût alimentaire et l’autonomie du système sont les deux leviers principaux à actionner. Par exemple, les éleveurs ayant choisi l’autoconsomma-tion de concentrés à base de céréales font un choix gagnant, jusqu’à plus 0,5 Smic pour un cheptel moyen naisseur-engraisseur. En second point, sous réserve de maîtriser les charges, la productivité de la main-d’œuvre (tonnage de viande produite par travailleur) est un levier important pour améliorer le revenu. On estime que l’optimum, pour un éleveur bien organisé et une conduite de troupeau rationalisée, est de 65-80 vêlages par UMO en système naisseur-engraisseur et de 75-90 vêlages chez un naisseur. Ces vaches doivent produire de la viande tout en limitant les phases improductives (IVV, mortalité, croissance, âge au 1er vêlage, délai vente dernier vêlage). 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
La vente de taureaux des Sicaudières se tiendra en présentiel et en ligne
Le 12 mars, la station d’évaluation du lycée agricole de Bressuire proposera 35 taureaux à la vente. Dernière vente de charolais…
Publicité