Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Élie Cohen porte un regard optimiste sur l’économie mondiale

Lors des vœux interconsulaires, le célèbre économiste a fait un point sur la situation économique en s’attardant sur les raisons de croire à une reprise de la croissance.

De gauche à droite : Alain Rousset, président du conseil régional ALPC, Jean-Michel Banlier, président de la chambre des métiers et de l’artisanat des Deux-Sèvres, Jean-Marc Renaudeau, président de la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres, Philippe Dutruc, président de la chambre de commerce et d’industrie des Deux-Sèvres et Élie Cohen.
De gauche à droite : Alain Rousset, président du conseil régional ALPC, Jean-Michel Banlier, président de la chambre des métiers et de l’artisanat des Deux-Sèvres, Jean-Marc Renaudeau, président de la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres, Philippe Dutruc, président de la chambre de commerce et d’industrie des Deux-Sèvres et Élie Cohen.
© Guy Du Repaire

Il aurait fallu plus de 45 minutes à Élie Cohen pour tenter de répondre à la vaste question « Où va le monde économique ? » À défaut de temps, l’économiste, régulièrement présent sur les plateaux télé et radio, s’est efforcé de donner quelques éléments de compréhension sur la situation actuelle mondiale, un discours marqué par un optimisme en décalage avec les nouvelles économiques « toutes marquées par la sinistrose ».
« La zone euro doit prendre le relais de la croissance mondiale », annonce-t-il. Face à la situation de la Chine, qui subit un coup d’arrêt dans sa croissance et entraîne au passage des bourses mondiales dans sa chute, il croit en la capacité de la zone euro à redresser la situation. Il avance comme élément d’explication la baisse de la monnaie commune européenne, qui provoque une explosion des exportations et une balance commerciale excédentaire. Le point d’interrogation concerne plutôt les investissements, trop faibles encore pour soutenir la croissance, à la différence des États-Unis, qui ont su redresser la barre après la crise de 2008 « et qui sont en situation de plein-emploi en 2016 ».

Coup de pouce à 20 milliards d’euros
En France, même si la dynamique de reprise est modérée, elle a le mérite d’exister. « On passe de 0 % de croissance en 2014 à une prévision de 1,5 % environ pour 2016. C’est la preuve que la reprise économique est enclenchée ». Si les réformes structurelles n’ont pas donné suffisamment de résultats, l’État a néanmoins pu bénéficier du coup de pouce de la baisse du prix du pétrole, ce qui correspond à 0,4 point de croissance en plus et 20 milliards d’euros d’économies. L’économiste voit également d’un bon œil les mesures du plan formation présenté par François Hollande le 18 janvier. « Le président a reconnu ses erreurs et a changé le cap » en proposant des formations qualifiantes dans des secteurs porteurs de croissance, plus de collaboration avec les régions et un projet pérenne de baisse de charges.
Toutefois, Élie Cohen ne ferme pas les yeux sur les problèmes économiques tels que le ralentissement du commerce mondial, la baisse des gains de productivité dans les pays développés ou encore l’effondrement des revenus des pays rentiers mais « la bonne nouvelle, c’est qu’on le sait maintenant ».


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Le déconfinement se prépare en Deux-Sèvres
Département classé vert, les Deux-Sèvres sont très peu touchés par l’épidémie de Covid-19. La sortie du confinement se prépare…
Les bruits liés aux canons effaroucheurs d’oiseaux

L’agriculture génère des bruits, notamment pendant la saison des gros travaux, récolte, semis, et notamment lors des semis de…

Bien immatriculer les matériels de l’exploitation agricole
Les matériels qui ne sont pas soumis à l’obligation de certificat d’immatriculation (carte grise) doivent être immatriculés (à l’…
Benoit Forestier, un vétérinaire rural en constante adaptation
Benoit Forestier, vétérinaire rural depuis trente ans à Chiché, a vu son métier se transformer en même temps que la profession d’…
S’affranchir du soja importé, rêve ou réalité ?
Le contexte international de pandémie rend davantage saillante la question de l’autonomie protéique. La France peut-elle répondre…
L’agroalimentaire a mis les bouchées doubles pendant le confinement
La fermeture de la restauration hors domicile a obligé la filière à se tourner vers la grande distribution, alors que la demande…
Publicité