Aller au contenu principal

Brilap
Embellie de courte durée en 2010 pour les cuniculteurs

Pour tenter d’enrayer la baisse de la consommation de lapin, la filière régionale vise la restauration collective et en particulier les collégiens.

François Martin rappelle que la production locale génère 2 000 emplois dans la région.
François Martin rappelle que la production locale génère 2 000 emplois dans la région.
© G. R.
En l’absence d’installations depuis deux ou trois ans, la question qui se pose au Brilap est celle de savoir comment maintenir la production de la troisième région productrice de lapins. Si en 2009 et 2010 le coût de l’aliment a baissé, il est reparti à la hausse en 2011. Depuis un an la facture s’est alourdie de 70 euros par tonne. Pour un élevage de 500 cages mères, elle représente une charge supplémentaire annuelle de 25 000 euros.« Cette nouvelle flambée des cours des matières premières laisse présager des situations difficiles si le prix du lapin à la production n’est pas revalorisé », prévoit François Martin, président du Brilap. De 2004 à 2010, le nombre d’éleveurs est passé de 186 à 120 (100 adhérent à Poitou-Lapins, 20 adhèrent à CPLC, en Charente).A 1,65 euro par kilo, le prix de reprise en 2010 est quasi identique à celui des deux années précédentes. Depuis le début de l’année 2011, cependant, les cours se maintiennent entre 1,65 euro et 1,85 euro par kilo vif, notamment grâce à une demande soutenue sur le marché des peaux à l’exportation. « Cette hausse de 10 centimes à 15 centimes ne représente que 35 % à 40% de la hausse du prix de l’aliment », relativise François Martin. Le nombre d’éleveurs dans la région continue à baisser, mais de façon moindre avec quatre départs en 2010, contre 19 en 2009. Cela s’est toutefois traduit par une diminution de 5% du nombre de femelles reproductrices, alors que le nombre de cages mères, autour de 500 par élevage, reste relativement stable. Pour la première fois depuis 2007, la consommation de viande de lapin a progressé en 2010 (+5%). Embellie de courte durée, - « une stabilisation », même estime François Martin, - puisque la consommation, comme celle des autres viandes recule depuis le début de l’année. Depuis 1995, la consommation moyenne est passée de 1,5 kilo de lapin par habitant à 1 kilo.« Comme dans n’importe quel autre secteur d’élevage, l’équilibre offre demande est nécessaire », assure le président du Brilap. La promotion du produit, conjointe avec la démarche Lapin Signé Poitou Charentes est jugée indispensable par la filière qui encourage les animations sur les lieux de vente. « On a des cartes à jouer vis-à-vis de la restauration collective », assure le président du Brilap.Des initiatives ont été prises, comme la valorisation de la viande de lapin dans les restaurants scolaires de quatre collèges, avec le concours du conseil général. Le Brilap souhaite que l’opération soit étendue à tous les collèges du département.Ces actions s’inscrivent dans un programme d’économie de proximité, incluant la vente directe. Mais la vente aux collectivités passe par la centralisation de l’offre des produits locaux.

Economie de proximité et restauration collective : une affaire de communication

Selon une étude réalisée par l’Irqua et présentée par Franck Michel, chargé d’étude à la chambre régionale, l’économie de proximité relève d’un mode d’organisation basé sur la relation entre acheteurs et vendeurs. Suite aux différentes crises sanitaires, le consommateur recherche de la confiance, confiance qui passe par la connaissance de l’origine du produit et par un contact avec des producteurs. Les animations réalisées par les éleveurs de lapins dans les GMS vont dans ce sens.Pour développer la consommation de lapins en restauration collective, des efforts doivent être faits pour proposer des plats cuisinés plus adaptés aux nouvelles habitudes de consommation. Il faut veiller également à la taille des portions proposées pour éviter le gaspillage. Reste à convaincre les acheteurs publics de réintroduire le lapin dans les menus des écoles et des collectivités. Encore de la communication.

GÉRARD KÉRAVAL

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité