Aller au contenu principal

En 2018, priorité aux projets portés par des JA pour le PCAE avicole

Le PCAE avicole Nouvelle-Aquitaine est reparti pour 2018 avec quelques changements par rapport à celui de 2017.

© N.C.

Si en 2017, tous les projets d’investissements en aviculture étaient considérés comme prioritaires (à l’exception des agrandissements en filière gras), la donne a changé pour 2018. La priorité demeure pour les projets portés par des JA ou des nouveaux installés depuis moins de 5 ans.
Par contre, seules les volailles sous signe de qualité (bio, label rouge) ou distribuées en circuits courts bénéficieront d’un bonus. Il en ira de même pour les producteurs de canards PAG qui souhaitent investir dans des nouveaux bâtiments afin de répondre aux règles de confinement imposées en périodes hivernales dans le cadre des règles de biosécurité, même si cela se traduit par une augmentation des effectifs produits.
Le producteur de volailles standard installé depuis plus de 5 ans ne pourra pas atteindre le seuil dit ultra-prioritaire des 55 points.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité