Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

En Deux-Sèvres, un contrat gagnant-gagnant

Le contrat départemental d'insertion en entreprise (CDIE) permet aux sociétés des Deux-Sèvres de recruter des bénéficiaires du RSA, en profitant d'une prise en charge de 47 % de leur salaire, pendant six mois, par la collectivité. Rencontre avec des patrons satisfaits, au Renard rouge.

Nolan (à gauche) et Alexis, deux Rsistes, sont employés au Renard rouge, respectivement pour environ six mois et un an, en CDIE, un contrat qui incite les chefs d'entreprise des Deux-Sèvres à l'embauche.
Nolan (à gauche) et Alexis, deux Rsistes, sont employés au Renard rouge, respectivement pour environ six mois et un an, en CDIE, un contrat qui incite les chefs d'entreprise des Deux-Sèvres à l'embauche.
© ANNE FRINTZ

Le CDIE, une création du département, fête son premier anniversaire. 80 CDIE sont engagés à ce jour, en Deux-Sèvres, dont 17 dans les secteurs de l’agroalimentaire, des abattoirs et de l’agriculture, et 2 au Renard rouge, éleveur et abatteur de volailles fines (cailles, faisans, perdrix, pigeonneaux), au lieu-dit Les Douves, à Gourgé. Pour Philippe Pierre, l’employeur d’Alexis et de Nolan, Rsistes et ex-intérimaires au Renard rouge, le CDIE a été « un déclencheur », « un coup de pouce pour embaucher plus loin ». Ainsi, Alexis, 28 ans, est en CDIE/CDD au Renard rouge depuis mars 2018 et jusqu’à fin janvier 2019, et Nolan, 26 ans, est en CDIE/CDD depuis septembre 2018 et jusqu’à fin mars 2019. Ils sont tous deux en poste à l’abattage. Près de la moitié du salaire pris en charge « Je suis très contente du dispositif, assure Christèle Pierre, la patronne, et de nos deux recrues. Alexis, ce travail l’a changé, il s’est épanoui, il a grandi. Pour les gens peu qualifiés qui passent chez nous, l’abattoir, c’est un tremplin ». Le CDIE est un contrat gagnant-gagnant : il permet aux Rsistes de remettre le pied à l’étrier, grâce à un contrat un peu plus stable (et long) que ne le sont, en général, les contrats d’intérimaires, et il aide les chefs d’entreprise à employer plus rapidement, plus facilement, puisque le CHRISTELLE PICAUD département paie près de la moitié du salaire du travailleur en CDIE, durant six mois. Christèle Pierre serait d’ailleurs tout à fait disposée à embaucher encore via ce dispositif, d’autant plus qu’elle cherche un boucher et un salarié agricole, qui seraient amenés à devenir chef de chaîne, à l’abattage, et chef d’exploitation, en 2020. Alexis et Nolan sont reconnaissants et motivés. « Je donne tout depuis un an », confie Alexis. Il ne cache pas son ambition d’être embauché en CDI au Renard rouge, à l’issue de son CDD.

ANNE FRINTZ

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Grossiste, éleveur, restaurateur : ils se lancent dans l’ultralocal
Fin juin, les frères Giraud, éleveurs de Limousines et Charolaises, ont vendu une nouvelle vache au grossiste bressuirais…
Publicité