Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Estimer le tonnage du maïs ensilage sur pied

Pour calculer le tonnage acheté, il y a différentes méthodes.

La pesée de tous les chargements et la mesure du taux de matière sèche (une poignée de chaque remorque dans un seau à l’ombre) constituent la méthode la plus juste. En revanche, elle alourdit le chantier.
Pour limiter cette contrainte, on peut se limiter à peser une seule fois chaque remorque en essayant de les remplir de façon équivalente. On peut aussi cuber le silo après l’ensilage et faire une mesure de matière sèche lors de la récolte. C’est une méthode facile à mettre en œuvre, notamment dans le cas de silo couloir et dans la mesure où le maïs acheté n’est pas mélangé à celui produit. Cette méthode est cependant sensible au tassement. Dans les mesures réalisées, il a été observé des écarts de densité de 10 %.

Pour les silos taupinières, moins bien tassés, il faut enlever 10 %. La teneur en amidon, c’est-à-dire la richesse en grain, influence également la densité en kilogramme de matière sèche par m3.
La bande témoin, récoltée en grain, peut faire référence pour le calcul du rendement. Il faut toutefois qu’elle soit la plus représentative de la parcelle (laisser quatre ou six rangs de façon régulière). Toutefois, cette méthode est la conséquence du rapport grain sur plante entière. Elle peut avantageusement se cumuler avec une autre méthode d’estimation. Par contre, elle prend bien en compte le niveau de qualité grâce aux grains.

Pour le maïs en silo, il faut rajouter 30 € par tonne de matière sèche pour un fourrage correctement conservé (ayant moins d’un an). Ce coût forfaitaire comprend le coût de la récolte, la confection du silo et la main-d’œuvre.

La décision d’achat d’un maïs fourrage sur pied ou en silo doit également tenir compte de la distance et donc du coût du transport pour l’acheteur et de l’organisation du chantier. Pour des distances inférieures à 10 km, cela reste dans le cas de manque de fourrage sur l’exploitation un aliment ayant un rapport qualité prix relativement bon marché.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Le département passe à l’acte 2 de son plan de relance
Après un premier plan d’aides annoncé le 21 avril dernier, le Conseil départemental en a entamé un deuxième, doté d’un budget…
Quand l’installation tient à un permis de construire
Au Gaec Lactagri, à Aiffres, la relève est presque assurée : deux porteurs de projet sont dans l’attente de la construction d’un…
Les Marchés de Producteurs de Pays maintenus 

La chambre d’agriculture a souhaité maintenir les Marchés de Producteurs de Pays de l’été pour compenser le manque à gagner…

Guillaume Largeaud, attaché au Marais... et à faire bouger les lignes
Son passage à Top Chef Les grands duels, le 10 juin, nous a laissé sur notre faim. Portrait d’un éleveur convaincu que la…
Un cheptel en légère hausse
Thierry Baudouin raccroche après quatorze ans de présidence. Catherine Gallard et Emmanuel Turpeau prennent le relais avec de…
Entre deux pluies, les moissons profitent de l’éclaircie
Orge, colza, pois et, ici et là, blés dur et tendre : les battages se sont intensifiés dans la moitié sud du département. Qu’elle…
Publicité