Aller au contenu principal

Escapade
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant

Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village d’Exoudun. Un joyau de calme et de verdure qui ravira tous les férus d’Histoire et de randonnées.

Débarquer à Exoudun au détour d’un sentier, c’est faire un saut dans le temps. Partout le bâti témoigne du passé : les lavoirs, fontaines et fours à pain jalonnent les ruelles dont les maisons gardent les vestiges d’autrefois (fenêtres à meneaux, tombes de Templiers, pierres apparentes et anciens canaux d’égouts en pierres passant sous les habitations…).

Si la commune, composée de cinq villages (Exoudun, Souil, Le Brieuil, Loubigné et Bagnault) compte aujourd’hui 600 habitants – pour 4000 chèvres ! –, elle constitua longtemps un carrefour commercial culminant jusqu’à 5000 habitants au sortir du Moyen-âge. « L’endroit servait au commerce de la farine issue du Poitou (Vendée, Vienne, Deux-Sèvres), véritable grenier à blé de l’Ouest de l’Europe, indique Jean-Marie Auzanneau, ancien maire du village et journaliste passionné d’Histoire, par ailleurs conférencier intarissable sur les ordres templiers. En témoignent les nombreuses bâtisses de belle taille qui étaient autrefois des hôtels abritant marchands et pèlerins de Compostelle, ou encore la place du minage où l’on hissait les sacs de farine… Le « minot de Bagnault », une unité équivalente à deux sacs de farine, était alors connue jusqu’aux Amériques ! ». Le blé empruntait un chemin de muletiers ponctué d’abris sous la roche, avant de rejoindre la Sèvre navigable, à Niort, jusqu’au port de La Rochelle. Le sel, en provenance de la côté Atlantique, prenait le chemin inverse.

Gaulois, Templiers, protestants

Bien avant cet âge d’or, les Celtes avaient élu ce lieu pour sa position haute idéale (Exoudun signifiant « forteresse élevée » en gaulois). Un dolmen, des tumulus ou encore un arbre magique aux pouvoirs druidiques sont à découvrir au gré des balades. En souvenir de cette époque, l’association Tanialos reconstruit sur le plateau des Chaumes un fort gaulois, et y organise fréquemment des reconstitutions historiques et visites culturelles.

exoudun

Chaque période de l’Histoire viendra ensuite marquer son empreinte sur le village, la commune comptant ainsi deux autres forteresses : la tour rasée (époque féodale) et le Logis de Boissec (Renaissance). « Templiers et Croisés participent aussi aux légendes d’ici », indique Jean-Marie. « Ces derniers auraient d’ailleurs ramené de leurs croisades les roses d’outre-mer – et non « trémières », comme la langue l’a déformé plus tard – qui fleurissent à tous les coins de rue ». Petite cité de caractère, Exoudun est aussi un haut-lieu du protestantisme qui garde des traces de son passé religieux : coexistence d’un temple et d’une église, pin parasol qui servait de repère aux rassemblements des adeptes de la Réforme… « Même les chèvres sont révélatrices de cette Histoire chargée : les saanen sont considérées comme protestantes, car apportées de Suisse par les croyants calvinistes, et les alpines sont catholiques ! », ajoute celui qui n’est jamais à court d’anecdote.

Renseignements auprès de l’office de tourisme du pays mellois et de la mairie d’Exoudun.

Pique-nique et randonnée

Pour ceux que les cours d’histoires ne passionnent pas, la commune aux cinq villages offre la possibilité de multiples excursions, à pied ou en vélo : « il y a près de 240 km de chemins de randonnée sur une surface de 2580 ha, notre localité étant l’une des plus étendue du département », pointe Murielle Heurtebise-Daniaud, l’actuelle maire tout récemment élue. Disposant d’un grand parc, de centres de vacances et d’hébergement pour les groupes d’enfants, ainsi que d’une demi-douzaine de gîtes, Exoudun n’accueille pour l’instant aucun commerce ni restaurant. « Avec le nouveau conseil municipal, nous envisageons de créer un café, à la fois lieu d’accueil et d’exposition », révèle Murielle Heurtebise-Daniaud. Comptant sur un vivier associatif très actif (la commune compte près de 20 associations), nul doute que ce type de lieu devrait voir le jour prochainement. En attendant, pique-nique pour tout le monde !

Une histoire au fil de l’eau

exoudun
La Sèvre niortaise prend-elle sa source à Exoudun ou à Sepvret ? Les avis divergent. Quoiqu’il en soit, l’eau a forgé l’histoire des lieux, les sources surgissant à de multiples endroits. La fontaine bouillonnante, la plus connue, consiste en une résurgence des eaux de la Dive qui occasionne, hors période de sécheresse, un débit impressionnant avant de se jeter dans la Sèvre. Cette dernière, qui passe en dessous des maisons ou les contourne, chante dans les fontaines et les lavoirs, aujourd’hui désertés mais qui rassemblaient autrefois les hommes et les femmes lors de rendez-vous quotidiens essentiels : la vente de marchandises, la lessive, les fêtes... La rivière façonne aussi la campagne et ses paysages, avec ses moulins à aubes, ses ponts et gués, et la plus belle manière de le découvrir est tout simplement d’enfiler ses chaussures de rando et de suivre l’itinéraire « Au fil de la Sèvre » !
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité