Aller au contenu principal
Font Size

Ovins
Etaler de la production d’agneaux en prolongeant la saison sexuelle

L’étalement de la production des agneaux grâce à l’avancement de la saison sexuelle peut être une opération intéressante pour les éleveurs de la Caveb.

Christian et Christine Soulard sont à la tête d’un cheptel de 465 brebis.
Christian et Christine Soulard sont à la tête d’un cheptel de 465 brebis.
© S. B.

Christine et Christian Soulard élèvent 465 brebis rouges de l’Ouest croisées vendéen sur 43,5 ha et 18 ha de pâture mis à disposition. Ils exploitent aussi 2000 m2 de bâtiment avicoles. La reproduction du troupeau ovin est organisée en six périodes.
« Nous avons réalisé nos premières inséminations en 2003 puis nous les avons développées pour conserver les agnelles de renouvellement et améliorer les qualités maternelles du troupeau. Ensuite nous avons eu recours à l’IA pour produire des agneaux de contre saison. » Pour Christian Soulard, l’étalement des naissances et donc des ventes d’agneaux passe également par l’utilisation fin décembre de la Mélovine pour une mise bas en  juillet et des ventes d’agneaux en octobre-novembre. Il utilise également le traitement sur les agnelles pour  grouper les mises bas sur trois semaines voire un  mois. « L’agnelage de juillet- août se passe bien. Avec un groupage sur trois semaines nous sommes présents et les conditions sont idéales, les chaleurs d’été n’étant pas insupportables », explique Christine soulard.
Les associés de l’Earl Les Boutons d’or, à Saint-Germain-de-Longue-Chaume, ont enregistré en 2012 et en 2013 90 de fertilité sur les lots traités à la mélatonine soit respectivement 91 et 98 brebis « Nous trions bien les brebis en ne mettant pas celles âgées de plus de 5 ans et il faut surtout ne pas oublier de préparer les brebis mais aussi les béliers », insiste Christian. Pour le technicien de Ceva qui commercialise la Mélovine, Romuald Touraine, « il s’agit de ne pas dépasser le 15 janvier pour ces lots en prolongement de saison sexuelle afin d’obtenir de bons résultats ». La prolificité moyenne des lots traités à la mélatonine a atteint 1,79 en 2012 et 1,46 en 2013 et les agneaux ont été abattus à 4 mois et 6 jours à un prix intéressant de 7,08 le kg en novembre 2013. « La durée d’engraissement est diminuée grâce à la capacité laitière des mères et j’essaie de conserver le maximum d’agnelles de renouvellement de ces lots de novembre et le reste dans les naissances de janvier », note Christian Soulard qui peut analyser parfaitement les résultats lot par lot grâce à l’enregistrement des données par Christine dans  un logiciel de gestion du troupeau.

Les strongyloses après la mise à l’herbe
Lors de cette journée ovine organisée par la Caveb, Xavier Pouquet, vétérinaire à Secondigny en a profité pour rappeler quelques règles sur la gestion du parasitisme : « En matière de traitement il s’agit de ne pas prendre d’habitudes  mais d’évaluer les risques selon l’immunité acquise des animaux, les agnelles étant plus sensibles ; selon leur niveau d’infestation ou le niveau de contamination des pâturages ». Pour ce spécialiste la coproscopie est un outil sous utilisé :
« On préfère traiter sans analyser mais il s’agit de connaître le type de parasite et le niveau d’infestation du troupeau ». Si un traitement a été réalisé à l’entrée en bergerie il s’agit de ne pas traiter à nouveau à la sortie mais plutôt plus tard, 5  à 7 semaines après, vers mai- juin, lorsque le temps se prête au développement des strongles et notamment pour cibler l’hoemonchose en fonction des prairies pâturées, de l’hiver rigoureux ou non et du chargement. La rémanence des traitements doit être un critère à observer pour leur choix et le traitement longue action peut être utilisé sur les agnelles dès la sortie pour limiter l’infestation tout en générant une certaine immunité.

Utilisation de la mélatonine avec ou sans synchronisation des chaleurs : un implant par animal contenant 18 mg de mélatonine par brebis ou agnelle injecté en sous cutanée à la base de l’oreille.

Traitement sans synchronisation (lutte naturelle) :
- jour 1 : (30 semaines avant la date prévue de l'agnelage) : isoler les brebis des béliers, si elles ne sont pas normalement tenues isolées.
- jour 7 : administrer l'implant.
- jour 42 (30 à 40 jours après l'administration de l'implant) : introduire les béliers. L'activité sexuelle peut ne pas commencer immédiatement mais après un délai de 14 à 21 jours.
L'introduction de béliers vasectomisés pendant les 14 premiers jours permet d'obtenir une période d'agnelage plus brève. Le pic d'activité sexuelle se produit environ 25 à 35 jours après l'introduction des béliers.

Traitement avec synchronisation (insémination artificielle ou lutte naturelle) : le traitement peut être couplé à un traitement de synchronisation des chaleurs à l'aide d'éponges et d'une administration de Pmsg.
- jour 1 : pose d'un implant.
- jour 18 à jour 28 : pose d'une éponge vaginale à base d'acétate de fluorogestone.
- jour 30 à jour 40 : retrait de l'éponge et administration intramusculaire de Pmsg.
L'insémination artificielle doit être pratiquée 55 heures +/- 1 heure après retrait de l'éponge.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
Publicité