Aller au contenu principal

Être distillateur ambulant

Perpétuer un métier, une tradition, proposer un lieu de rencontre, telles sont les motivations qui ont amenées Georges Magny, de Breuil La Réorte, à reprendre un alambic ambulant.

Georges Magny avec son alambic de 1946 propose une double distillation en une seule fois.
Georges Magny avec son alambic de 1946 propose une double distillation en une seule fois.
© L.G.

Ils sont environ 530 dans l’Hexagone, dont trois dans le département à exercer ce métier. À Breuil-la-Réorte, Georges Magny en fait partie : il est distillateur ambulant. En plus d’être céréalier et salarié distillateur à Cognac chez un bouilleur de cru. Trois métiers qui lui demandent de l’organisation dans son planning. « Mon but est de faire durer le métier de distillateur ambulant », indique le jeune agriculteur, titulaire d’un BTS viti-œno, qui connaît parfaitement les rouages de la distillation. « Je souhaiterais pouvoir en vivre par la suite, en arrêtant mon emploi de salarié. »

« Guy Bois, de St-Porchaire, était le propriétaire de cet alambic. Il venait dans le village pour distiller. Mon grand-père lui apportait sa vendange de ses 20 ares de vignes. À 80 ans, Guy Bois a arrêté et j’ai voulu perpétuer cette activité. Je suis le troisième propriétaire ». Lui, qui aime la sincérité des personnes mais déteste les réseaux sociaux, apprécie, à travers ce métier ambulant, de perpétuer une tradition, de proposer « un lieu de rencontre, un lieu de vie ». Ici c’est le principe de la double distillation en une seule fois. Sa campagne de distillation débutera début décembre.

Après avoir pris rendez-vous pour distiller, il amène son bois, (une dizaine de bûches) pour une chauffe. « Je prends les jus sans pulpe, ni noyau, ni peau. Il faut que cela soit liquide, sans partie solide », précise le distillateur ambulant, tout en rajoutant que certains clients amènent aussi le repas « pour un moment de partage et de convivialité ». Georges Magny pense rester 2 à 3 jours dans les villages : « cela peut aller jusqu’à un mois, en fonction des récoltes des clients. Je réalise deux chauffes par jour, soit deux clients ».

Une réglementation s’applique dans les horaires. « Je peux distiller 7 jours sur 7, de 6 h à 18 h, du 15 septembre au 31 juillet. » Une notion de temps qui convient parfaitement à Georges Magny.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Les JA mettent en scène la comédie amère des prix agricoles
Répondant à un appel national à manifester, les JA et la Fnsea 79 ont organisé une remise des prix décalée à l’intention des GMS…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Restaurateurs et éleveurs réunis autour de mêmes valeurs
La société Dénoues a créé une marque pour restaurer le lien entre amoureux de bonne viande. L’idée ? Que l’éleveur sache où part…
Publicité