Aller au contenu principal
Font Size

Exploitantes ou non, les femmes, soutiens indispensables au quotidien

Les femmes jouent souvent un rôle déterminant dans l’exploitation pour apaiser les tensions ou imaginer des solutions. Pauline Pineau, pharmacienne et compagne d’un exploitant, témoigne.

Pauline aide son compagnon sur son exploitation lors des pesées, de la mise à l’herbe,  ou en période de vêlage pour surveiller les animaux la nuit.
Pauline aide son compagnon sur son exploitation lors des pesées, de la mise à l’herbe, ou en période de vêlage pour surveiller les animaux la nuit.
© F.C.

À la Guimaudière, lieu-dit de Verruyes, Pauline Pineau nous accueille dans une grande maison neuve. Elle y vit avec Édouard, son compagnon depuis 15 ans, et leurs deux enfants de 2 et 4 ans. Un lieu familial donc, mais aussi stratégique puisqu’il a été bâti en face de l’exploitation bovine d’Édouard, un élevage de 140 vêlages dont il s’occupe avec son père et associé.
« Il a fait le choix de faire de sa passion son métier. Et j’en suis ravie. Mais quand il s’est installé en 2008, il a investi dans un nouveau bâtiment et a acheté des parts à son père. Du coup, il a bien du mal à se verser un salaire chaque fin de mois, raconte Pauline. Sans mon salaire, nous ne pourrions donc pas vivre dans les mêmes conditions, car nous avons choisi de faire construire et de vivre à deux pas de l’exploitation pour nous assurer un quotidien confortable ».

À 32 ans, Pauline a en effet une profession très éloignée du monde agricole. Elle est docteure en pharmacie et salariée dans une officine. Le monde agricole et l’élevage de Parthenaises, elle les connaît pourtant depuis sa plus tendre enfance. Aussi s’emploie-t-elle activement à soutenir son compagnon dès qu’elle le peut.
Il y a un peu plus d’un an par exemple, elle a découvert qu’il existait des formations pour apprendre à utiliser les huiles essentielles pour les bovins. Passionnée par l’aromathérapie, elle a entrepris de réaliser ces trois jours de formation, puis de convaincre son conjoint d’en tester les effets sur ses bêtes. « Au début, il était sceptique... ».

Sa méthode innovante et entreprenante a fonctionné. Aujourd’hui, son compagnon et elle utilisent fréquemment des sprays aux huiles essentielles. « Cette année, par exemple, nous avons eu de meilleurs résultats aux vêlages. Et nous avons également fait disparaître des problèmes de boiterie chez des taureaux en 3-4 jours, assure Pauline. Cela me permet de partager plus avec mon conjoint et de lui apporter mes conseils ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité