Aller au contenu principal

Ciirpo
Faire le choix de finir les agneaux à l’herbe ou avec des dérobées

Moins de dépenses de concentrés mais des croissances inférieures : le choix du pâturage ou de la bergerie se raisonne.

Ces six dernières années, seul un été sur deux a été favorable à la finition des agneaux à l’herbe en Haute-Vienne par exemple.
© Ciirpo

Le pâturage des couverts végétaux semés en été au cours de l’allaitement et en finition diminue le coût de la ration de 17 € par couple brebis/agneau(x) par rapport à celui d’une alimentation en bergerie. Cet intérêt économique implique d’une part un itinéraire simplifié lors du semis, et d’autre part un coût de semences peu élevé.
Le coût de la ration est d’autant plus réduit que la part des aliments concentrés distribués est faible. L’intérêt économique se trouve forcément diminué avec un apport de concentrés, et a fortiori lorsqu’il est disponible à volonté ; ou bien avec la rentrée en bergerie en automne des agneaux non finis à l’herbe. Ainsi, on estime à 5,40 euros le coût de la ration d’un agneau fini exclusivement avec de l’herbe et à 9,60 euros avec un apport de 300 g de céréale par agneau et par jour.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
Publicité