Aller au contenu principal

Peupliers
Favoriser les plantations pour garder les surfaces

La région a actualisé en début d’année les aides destinées à la plantation ou replantation de peupleraies.

La plantation de peupliers a plus que doublé en une décennie.
© DR

La Nouvelle-Aquitaine est, en France, l’une des principales régions productrices de peupliers, avec 21 % de la surface nationale. Avec un volume de 512 000 m3 récolté en 2018 (sous forme de bois d’oeuvre), la production des douze départements a été plus que doublée en à peine une décennie (255 000 m3 produits en 2005). Pourtant, à en croire Alain Rousset, technicien à l’antenne de Saintes du Centre régional de la propriété forestière (CRPF) et homonyme du président de la région, la filière « commence à être déficitaire : on récolte plus qu’on ne plante ». Les chiffres qu’il avance prouvent ses dires : plus de 2 500 ha de peupleraies sont abattus chaque année, et seulement 1 800 ha sont replantés.

Aides de 500€ et 700€ à l'hectare


Par conséquent, la région Nouvelle-Aquitaine a mis en place deux dispositifs d’aide pour la filière. Hérités de l’ancienne région Poitou-Charentes qui les avait lancés il y a dix ans, ces aides ont été actualisées en janvier dernier pour élargir le plan à davantage de propriétaires forestiers.

L’une est destinée à la replantation de peupleraies coupées, l’autre à la première plantation de nouveaux terrains. Pour le reboisement, l’aide est de 700 € par hectare, tandis que pour le boisement, elle est de 500 € par hectare. « Pour ces deux dispositifs, la surface minimum éligible est de 0,5 ha, en un seul îlot », indique Alain Rousset.

Avant janvier dernier, c’était 1 ha minimum, une surface correspondant à la moyenne du patrimoine forestier en Nouvelle Aquitaine… souvent divisé en plusieurs parcelles. Davantage de propriétaires devraient donc pouvoir bénéficier de ces subventions à l’avenir. L’aide forfaitaire est conditionnée à la réalisation de l’élagage à 3,50 m minimum dans un délai de trois ans maximum après la plantation. La demande d’aide doit être adressée à la région avant le début des travaux.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
Étang de Beaurepaire : la digue fermée à la circulation complique le quotidien
La fermeture de la route qui traverse l’étang de Beaurepaire oblige à faire un détour de 10 kilomètres. Les fonds pour mener les…
Publicité