Aller au contenu principal

Chambre d’agriculture
Fièvre catarrhale et projet de mutualisation au menu de la session de la chambre d’agriculture

La situation de l’élevage et des éleveurs en Deux-Sèvres a monopolisé les débats lors de la session du 3 octobre dernier.

La situation de l’élevage dans le département était au cœur des débats de la session de la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres qui s’est tenue aux Ruralies le 3 octobre dernier. Le tour d’horizon sur l’actualité présenté par le président Daniel Rouvreau a permis d’évoquer la situation difficile de l’élevage dans le département. La fièvre catarrhale était l’une des préoccupations essentielles des membres de la chambre d’agriculture. Lesquels ont débattu sur le fait que le département des Deux-Sèvres touché par le sérotype 8 ne vaccine pas suffisamment. « Cet état de fait peut rendre la situation dramatique à moyen terme. En Deux-Sèvres, moins de 100 000 bovins sont vaccinés aujourd’hui. Mais ce sont les élevages d’ovins qui sont les plus touchés alors qu’ils traversent déjà une crise économique grave », a exposé Daniel Rouvreau. Le secrétaire général de la préfecture a précisé que 120 dossiers avaient été déposés dans le cadre de la procédure « agriculteurs en difficulté » parmi lesquels on retrouve des dossiers ovins, cunicoles et avicoles, qui doivent encaisser les hausses de coûts de production depuis 2007 avec des revenus en baisse. Lors de cette session le budget modificatif a été présenté. A l’équilibre, il a été adopté à l’unanimité. Le budget sera revu le 28 novembre à la prochaine session. Le directeur Pol Lefèbvre a ensuite exposé la réorganisation de la chambre d’agriculture suite au rapprochement avec l’Adasea. La chambre d’agriculture va accueillir dans quelques mois les douze personnes de cette association. Ceci va permettre d’être encore plus présent sur le territoire en développant des actions de développement local et des services encore mieux adaptés pour les agriculteurs et les collectivités, en tenant compte de la réduction des aides de l’Etat. La session s’est poursuivie par le projet de mutualisation qui est en phase avec la réforme générale des politiques publiques. Les chambres d’agriculture sont concernées par cette réforme et l’intègrent dans leur réflexion. Cela passe par l’incitation des responsables professionnels à la consolidation du réseau des chambres d’agriculture autour des chambres régionales, en recherchant la mutualisation des missions et des fonctions. En Poitou-Charentes, les chambres d’agriculture n’ont pas attendu cette recommandation pour y travailler. Enfin, les Universités d’hiver des chambres d’agriculture ont été évoquées. Elles permettent d’aller plus en avant dans la mutualisation et le travail du groupe Chambres d’agriculture. A cet effet, l’Association permanente des chambres d’agriculture va modifier son nom, au niveau national, pour devenir Chambres d’agriculture.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

La Caveb veut rester un acteur majeur de la viande rouge
Lors du point presse précédent son assemblée générale, le mercredi 30 septembre, la coopérative agricole de Châtillon-sur-Thouet…
Manifestation de Bassines non merci en opposition au projet de réserves des la Sèvre niortaise.
La transition agroécologique, l’enjeu des réserves de substitution
Partisans et opposants parlent de la nécessaire transition agro-écologique. Pour les premiers les réserves de substitutions sont…
Capr'inov, un salon à huis clos

Pas de public, pas d’exposant. C’est une édition spéciale de Capr’inov que l’équipe du salon de la chèvre est contrainte d’…

À 50 ans, la Corel affiche sa bonne santé commerciale
La coopérative d’élevage a tenu son assemblée générale le jeudi 24 septembre. Avec un nouveau directeur et un nouveau président,…
La CLS pose les briques d’une meilleure valorisation
Début septembre, la coopérative laitière de la Sèvre (CLS) a sorti un nouveau produit visant à sécuriser le revenu des éleveurs…
Plombier, il arrête tout pour reprendre la ferme de son père
Mathieu Moreau, plombier chauffagiste depuis quinze ans, a eu un déclic pendant le confinement : c’est peut-être à lui de…
Publicité