Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Formation
« Fournir de jeunes diplômés à l’agriculture, en dépit du contexte »

S’alignant sur les directives de l’Education nationale, l’enseignement agricole s’adapte pour accompagner ses élèves dans leurs projets. Le point sur les modalités de validation des cursus et diplômes, la reprise des cours et les inscriptions pour la rentrée de septembre.

L’ensemble des épreuves traditionnelles du bac, des BTS et des CAP agricoles ont été annulés. La délivrance des diplômes se fera uniquement sur les notes de contrôle en cours de formation (CCF) et de contrôle continu.
© Narek75

Agri79 s’en faisait l’écho dans ses pages récemment, la continuité pédagogique a été pleinement assurée par les lycées agricoles et MFR du département dès le début du confinement. L’investissement des équipes de professeurs, le prêt d’outils informatiques aux élèves non équipés, les cours en lignes et les plateformes collaboratives ont permis de faire le job pendant près de deux mois, néanmoins, la situation approche ses limites : « Nos élèves sont des gamins de terrain », souligne Fabien Ius, directeur du lycée horticole Gaston Chaissac de Niort. Autrement dit, pas à leur aise pour travailler uniquement sur écrans.

Reprendre le lien

Pour Guy Lehay, directeur du service régional Formation et développement (Srfd) à la Draaf Nouvelle-Aquitaine, il y a urgence à reprendre les cours le plus rapidement possible, pour recréer le lien avec les élèves et leur famille, pour éviter les décrochages, faire des remises à niveau ou encore accompagner les choix d’orientation. Le gouvernement annoncera fin mai sa décision en faveur ou non d’une réouverture des lycées en juin. « Les discussions et accompagnements en présentiel doivent reprendre, insiste Guy Lehay, dans le respect bien sûr des mesures barrières qui seront décrétées (on parle de 4m2 de distance à respecter entre chaque personne notamment) ».

Harmoniser les notes de contrôle continu

Concernant les passages dans les classes supérieures et la délivrance des diplômes (CAP, bacs et BTS), la formation agricole suit les prescriptions du ministère : toutes les épreuves écrites et orales sont annulées, seul le contrôle continu servira de base aux validations d’acquis. « Nous avons la chance, dans l’enseignement agricole, d’avoir développé depuis longtemps les contrôles en cours de formation (CCF), qui sont des examens notés par des jurys comptant jusqu'à 60% dans l’évaluation annuelle des élèves. Ils donneront de premiers indicateurs sur leur niveau, expose le directeur du Srdf, et ils seront complétés par des notes issues du contrôle continu, uniquement extraites de la période précédant le confinement. »

Afin de détecter d’éventuelles sur-notations ou sous-notations, et de garantir une cohérence dans le parcours des élèves, ces notes seront étudiées courant juin dans des commissions d’harmonisation régionales à partir de dossiers préparés par les établissements. Les rapports de stage et dossiers techniques seront évalués avec épreuve orale en visio ou seulement par écrit, selon les choix d’établissement, en prenant en compte le fait que nombre de ces expériences professionnelles sur le terrain ont dû être écourtées en raison de la crise sanitaire. Seront maintenus sans changement par rapport à d’habitude : l’annonce des résultats début juillet, et les sessions de rattrapage de septembre pour les élèves non reçus aux examens.

Nous soutenons l’option de reprendre le chemin de l’école le plus tôt possible, si les conditions sanitaires le permettent. Le lien doit se recréer entre élèves et enseignants, pour consolider les parcours des élèves et leurs choix d’orientation, certifie Guy Lehay, directeur du service Formation et développement de la Draaf NA

Susciter de nouvelles vocations

Autre enjeu de cette fin d’année scolaire, la promotion des formations agricoles auprès de nouveaux publics. « Tout le long des vacances de Pâques, nous avons organisé des journées portes ouvertes virtuelles, explique Fabien Ius. Nous avons ensuite orienté les profils qui se présentaient à nous selon leurs centres d’intérêt. Les jeunes et leurs parents ont ainsi pu faire des sessions via l’application Zoom avec des professeurs des filières qu’ils voulaient mieux connaître. Nous avons aussi recontacté individuellement tous les collégiens qui devaient effectuer des mini-stages en mars avril. En tout, nous avons touché un public de près de 60 candidats », développe le directeur, ajoutant que les filières Gestion des espaces naturels, Aménagement paysagers et Horticulture sont une porte royale pour accéder à des métiers sans routine, recherchés sur le marché de l’emploi et plutôt rémunérateurs.

Guy Le Hay voit dans la crise du Covid-19 une opportunité de mettre en lumière l’agriculture en général, et l’importance des approvisionnements nationaux en particulier. Pour lui en tout cas, « les organismes de formation publics et privés se sont montrés réactifs, de façon à fournir, cette année encore, les jeunes diplômés qui feront l’agriculture de demain. »

Les plants du lycée Gaston Chaissac ne restent pas en plan

Fruits du travail des élèves et des salariés de l’exploitation du lycée horticole de Niort, les 3000 plants maraîchers issus des serres de Gaston Chaissac ont commencé à être vendus cette semaine, comme ils le sont chaque année depuis quatre ans. Une cinquantaine de variétés de légumes, plantes aromatiques et fruits (dont huit sortes de tomates, des framboises et fraises...) sont donc à la disposition des particuliers, qui peuvent les commander via le site http://exploitation-niort.wifeo.com et venir les retirer, dans le respect des consignes sanitaires actuelles, les vendredis après-midi et samedis matin jusqu’à la fin de l’été. En l’absence des élèves, confinés, c’est la mobilisation du chef d’exploitation Jérôme Meynard, de membres de l’équipe administrative et de professeurs motivés mettant la main à la pâte qui a permis de préparer un premier lot de 150 commandes dès cette semaine, à destination de plusieurs associations de parents d’élèves niortaises.

 

Lycée Gaston Chaissac
Romain Doux, professeur d’horticulture, donne un précieux coup de main à l’étiquetage des plants.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les bruits liés aux canons effaroucheurs d’oiseaux

L’agriculture génère des bruits, notamment pendant la saison des gros travaux, récolte, semis, et notamment lors des semis de…

Le déconfinement se prépare en Deux-Sèvres
Département classé vert, les Deux-Sèvres sont très peu touchés par l’épidémie de Covid-19. La sortie du confinement se prépare…
Partir de la ferme... pour mieux revenir
Alexandre Brousseau rejoint l’exploitation familiale à Nueil-les-Aubiers, après avoir acquis de l’expérience comme technicien-…
Hélène Blaud, présidente nationale des anciens exploitants
Jeudi 14 mai, Hélène Blaud a été élue présidente de la section nationale des anciens exploitants. Pendant trois ans, la Deux-…
L’agroalimentaire a mis les bouchées doubles pendant le confinement
La fermeture de la restauration hors domicile a obligé la filière à se tourner vers la grande distribution, alors que la demande…
Tourisme vert pour un département "vert"

Après les annonces du gouvernement sur un plan de relance du tourisme, avec une enveloppe de 18 milliards d’euros à la clé, le…

Publicité