Aller au contenu principal

Frelon asiatique: la recherche avance et se dit optimiste

Dans le Châtelleraudais, comme dans toute la Vienne et une grande partie de l’Europe de l’ouest, le frelon asiatique est présent depuis des années.

Le frelon asiatique est un chasseur de protéines pour nourrir ses larves. 
Le frelon asiatique est un chasseur de protéines pour nourrir ses larves. 
© Éric Darrouzet

Depuis 10 ans, Éric Darrouzet étudie de près la communication chimique et la reproduction du frelon asiatique. Cet enseignant-chercheur de Tours avait travaillé sur les modèles sociaux d’insectes, notamment des termites.Pour mémoire, le frelon asiatique est apparu dans le sud-ouest de la France en 2003, certainement par les échanges de commerce international. Il est aujourd’hui présent dans tout l’hexagone et dans tout l’ouest de l’Europe.

En 10 ans de travaux, Éric Darrouzet a découvert beaucoup d’éléments intéressants. Et notamment qu’il y a beaucoup de consanguinité parmi les animaux.  «Le cycle normal, c’est une colonie qui s’installe en mai, qui grossit jusqu’à fin août, et ensuite une période de reproduction, qui va jusqu’en décembre. J’ai constaté que des mâles faisaient en fait leur apparition à n’importe quelle période, et qu’ils sont produits à la place des ouvrières. Au final, les colonies concernées sont donc plus petites, et moins efficaces. Il y a moins de possibles futures reines, et ces mâles donnent une descendance stérile… », explique le chercheur. Ce qui pourrait donc laisser supposer que l’augmentation du nombre de ces frelons asiatiques pourrait se stopper. « Mais nous n’avons pas encore constaté de tel effet ».

« Nous sommes en train de tester des pièges, à la fois répulsifs ou d’autres qui attirent, pour capturer les frelons ». Des solutions qui selon lui vont rapidement porter leurs fruits. « Dans 5 ans, je suis convaincu que nous aurons les outils nécessaires à la gestion des populations de frelons asiatiques », conclut Éric Darrouzet, qui est donc particulièrement optimiste.
Une bonne nouvelle pour les apiculteurs, qui voient régulièrement leurs ruches plus qu’affaiblies par les attaques du frelon asiatique. « Quand la ruche est forte, les abeilles arrivent à le repousser, mais les ruches faibles sont vite disséminées. Et la récolte est toujours diminuée », explique Philippe Merlier, le président du rucher-école de Châtellerault, qui fait partie des organisateurs d’une conférence le samedi 9 mars, avec Éric Darrouzet.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
HVE : entre bio et conventionnel, la voie du milieu
Simple logo de plus ou réelle opportunité pour les agriculteurs, la Haute valeur environnementale (HVE) progresse dans le paysage…
La Caveb veut rester un acteur majeur de la viande rouge
Lors du point presse précédent son assemblée générale, le mercredi 30 septembre, la coopérative agricole de Châtillon-sur-Thouet…
Manifestation de Bassines non merci en opposition au projet de réserves des la Sèvre niortaise.
La transition agroécologique, l’enjeu des réserves de substitution
Partisans et opposants parlent de la nécessaire transition agro-écologique. Pour les premiers les réserves de substitutions sont…
Capr'inov, un salon à huis clos

Pas de public, pas d’exposant. C’est une édition spéciale de Capr’inov que l’équipe du salon de la chèvre est contrainte d’…

À 50 ans, la Corel affiche sa bonne santé commerciale
La coopérative d’élevage a tenu son assemblée générale le jeudi 24 septembre. Avec un nouveau directeur et un nouveau président,…
Publicité