Aller au contenu principal

Frelon asiatique: la recherche avance et se dit optimiste

Dans le Châtelleraudais, comme dans toute la Vienne et une grande partie de l’Europe de l’ouest, le frelon asiatique est présent depuis des années.

Le frelon asiatique est un chasseur de protéines pour nourrir ses larves. 
Le frelon asiatique est un chasseur de protéines pour nourrir ses larves. 
© Éric Darrouzet

Depuis 10 ans, Éric Darrouzet étudie de près la communication chimique et la reproduction du frelon asiatique. Cet enseignant-chercheur de Tours avait travaillé sur les modèles sociaux d’insectes, notamment des termites.Pour mémoire, le frelon asiatique est apparu dans le sud-ouest de la France en 2003, certainement par les échanges de commerce international. Il est aujourd’hui présent dans tout l’hexagone et dans tout l’ouest de l’Europe.

En 10 ans de travaux, Éric Darrouzet a découvert beaucoup d’éléments intéressants. Et notamment qu’il y a beaucoup de consanguinité parmi les animaux.  «Le cycle normal, c’est une colonie qui s’installe en mai, qui grossit jusqu’à fin août, et ensuite une période de reproduction, qui va jusqu’en décembre. J’ai constaté que des mâles faisaient en fait leur apparition à n’importe quelle période, et qu’ils sont produits à la place des ouvrières. Au final, les colonies concernées sont donc plus petites, et moins efficaces. Il y a moins de possibles futures reines, et ces mâles donnent une descendance stérile… », explique le chercheur. Ce qui pourrait donc laisser supposer que l’augmentation du nombre de ces frelons asiatiques pourrait se stopper. « Mais nous n’avons pas encore constaté de tel effet ».

« Nous sommes en train de tester des pièges, à la fois répulsifs ou d’autres qui attirent, pour capturer les frelons ». Des solutions qui selon lui vont rapidement porter leurs fruits. « Dans 5 ans, je suis convaincu que nous aurons les outils nécessaires à la gestion des populations de frelons asiatiques », conclut Éric Darrouzet, qui est donc particulièrement optimiste.
Une bonne nouvelle pour les apiculteurs, qui voient régulièrement leurs ruches plus qu’affaiblies par les attaques du frelon asiatique. « Quand la ruche est forte, les abeilles arrivent à le repousser, mais les ruches faibles sont vite disséminées. Et la récolte est toujours diminuée », explique Philippe Merlier, le président du rucher-école de Châtellerault, qui fait partie des organisateurs d’une conférence le samedi 9 mars, avec Éric Darrouzet.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Léa Izambart
Léa veut s’installer, malgré les difficultés
Malgré une conjoncture en berne en bovins allaitants, Léa Izambart fourmille d’idées pour amener un nouveau souffle à l’…
Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Publicité