Aller au contenu principal

Fusion entre Eurial et Agrial : avoir une taille significative pour capter des marchés

Une nouvelle restructuration voit le jour dans le grand Ouest avec l’annonce de la fusion entre Eurial et Agrial. Entretien avec Jean-Luc Rabillard, président d’Eurial.

© Catherine Longueville/La Vendée agricole

En discussion depuis 2013, le projet de fusion avec Agrial va se concrétiser en 2016, quelles sont les ambitions d’Eurial ?
Notre objectif est d’apporter de la robustesse à notre coopérative pour faire face à la disparition des quotas et affronter les marchés mondiaux. Ce rapprochement va  nous permettre de renforcer notre présence sur les marchés à l’export, générer des économies d’échelles et booster nos services recherche et développement, l’innovation, la logistique et le marketing. Cette fusion assure une complémentarité entre nos deux groupes et permet à nos coopératives d’avoir une taille significative et des sites compétitifs. Tout ce qui est sur le terrain, comme les différents sites dans nos régions respectives, doit être renforcé. Nous ne fusionnons pas pour fusionner mais pour apporter de la valeur ajoutée et une garantie à nos coopérateurs pour la valorisation du lait.   

Votre zone de collecte va s’étendre du grand Ouest à Poitou-Charentes, au Centre, comment allez-vous organiser et garder une proximité avec vos adhérents ?
Nous allons nous réorganiser sur le plan du conseil aux éleveurs avec des référents technico-économiques pour chaque région. Nous allons également nous organiser par région et par secteur avec des administrateurs qui seront dans le conseil d’Agrial. Et, il y aura une représentation des éleveurs laitiers par bassin de production. Pour les caprins, nous aurons également une organisation par région et bassin de production. N’étant pas couvert par Agrial, nous allons renforcer le métier de technico-économique caprin au sein des régions. 

Agrial est sur des métiers qui sont déjà présents en Pays de la Loire, notamment avec la Cavac.  A terme allez-vous être concurrents ?
Nous ne voulons pas être concurrents. En ce qui concerne la partie approvisionnement, Agrial continuera de ne pas couvrir le Sud Loire.

Agrial livre à Bongrain tout comme Terra Lacta, cela change-t-il quelque chose ?
Nous ne remettons pas en cause le contrat d’Agrial avec Bongrain signé il y a longtemps. Tout comme Eurial a un contrat sur le lait UHT avec Sodiaal.

Pour les producteurs cette fusion augure-t-elle un prix plus rémunérateur ?
Il faut être prudent sur la conjoncture : ce ne sont pas les coopératives qui peuvent inverser la conjoncture. Mais notre objectif est bien d’aller sur des nouveaux marchés pour garantir une valeur ajoutée à nos producteurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Publicité