Aller au contenu principal

Caveb
Grâce à ses investissements dans l’aval la Caveb tire son épingle du jeu

Grâce à ses engagements dans l’aval, la Caveb dispose de moyens pour limiter les conséquences sur le résultat de la baisse du nombre de bovins et d’ovins commercialisés, mais aussi pour assurer un appui technique aux éleveurs.

Abel Lumineau (à gauche), président de la Caveb et le nouveau directeur, Arnault Gatignon, précédemment animateur d’équipe dans les filières élevage et du réseau commercial de la Cecab à Vannes. Il remplace Julien Guéneau.
Abel Lumineau (à gauche), président de la Caveb et le nouveau directeur, Arnault Gatignon, précédemment animateur d’équipe dans les filières élevage et du réseau commercial de la Cecab à Vannes. Il remplace Julien Guéneau.
© G. R.

Le département des Deux-Sèvres n’est pas épargné par la baisse des effectifs bovins français. La Caveb a fait ce même constat en 2013 avec 26 700 animaux commercialisés, ce qui représente 2000 bovins de moins que l’année précédente. Les jeunes bovins et les femelles engraissées sont les catégories les plus concernées. Mais en ce qui concerne les cours, la coopérative fait mieux que la moyenne nationale, souligne le président Abel Lumineau, dans le sillage de la revalorisation amorcée en 2012.
L’engraissement est le point noir de la filière. « Il a pratiquement disparu dans la région », regrette-t-il, sauf chez quelques naisseurs-engraisseurs, avec comme conséquence, une sous utilisation des structures d’abattage. Pourtant, selon la chambre d’agriculture et l’Institut de l’élevage, « là où il y a de l’engraissement, il y a plus de revenu ». La hausse du prix des céréales explique en partie cette tendance. « Mais il faut voir sur le long terme, avec la volatilité des cours », estime pour sa part le nouveau directeur, Arnault Gatignon.
La Caveb a décidé de mettre des moyens pour inverser la tendance. Elle veut d’abord couper court « au syndrome du mouton ». « Pendant vingt ans on a dit qu’avec du mouton, on ne gagnait pas sa vie », déplore Abel Lumineau. Les jeunes « et même les techniciens » ont communiqué en termes négatifs.

Lire la suite en page 4 d'Agri79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Étang de Beaurepaire : la digue fermée à la circulation complique le quotidien
La fermeture de la route qui traverse l’étang de Beaurepaire oblige à faire un détour de 10 kilomètres. Les fonds pour mener les…
Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
Publicité