Aller au contenu principal

Caveb
Grâce à ses investissements dans l’aval la Caveb tire son épingle du jeu

Grâce à ses engagements dans l’aval, la Caveb dispose de moyens pour limiter les conséquences sur le résultat de la baisse du nombre de bovins et d’ovins commercialisés, mais aussi pour assurer un appui technique aux éleveurs.

Abel Lumineau (à gauche), président de la Caveb et le nouveau directeur, Arnault Gatignon, précédemment animateur d’équipe dans les filières élevage et du réseau commercial de la Cecab à Vannes. Il remplace Julien Guéneau.
Abel Lumineau (à gauche), président de la Caveb et le nouveau directeur, Arnault Gatignon, précédemment animateur d’équipe dans les filières élevage et du réseau commercial de la Cecab à Vannes. Il remplace Julien Guéneau.
© G. R.

Le département des Deux-Sèvres n’est pas épargné par la baisse des effectifs bovins français. La Caveb a fait ce même constat en 2013 avec 26 700 animaux commercialisés, ce qui représente 2000 bovins de moins que l’année précédente. Les jeunes bovins et les femelles engraissées sont les catégories les plus concernées. Mais en ce qui concerne les cours, la coopérative fait mieux que la moyenne nationale, souligne le président Abel Lumineau, dans le sillage de la revalorisation amorcée en 2012.
L’engraissement est le point noir de la filière. « Il a pratiquement disparu dans la région », regrette-t-il, sauf chez quelques naisseurs-engraisseurs, avec comme conséquence, une sous utilisation des structures d’abattage. Pourtant, selon la chambre d’agriculture et l’Institut de l’élevage, « là où il y a de l’engraissement, il y a plus de revenu ». La hausse du prix des céréales explique en partie cette tendance. « Mais il faut voir sur le long terme, avec la volatilité des cours », estime pour sa part le nouveau directeur, Arnault Gatignon.
La Caveb a décidé de mettre des moyens pour inverser la tendance. Elle veut d’abord couper court « au syndrome du mouton ». « Pendant vingt ans on a dit qu’avec du mouton, on ne gagnait pas sa vie », déplore Abel Lumineau. Les jeunes « et même les techniciens » ont communiqué en termes négatifs.

Lire la suite en page 4 d'Agri79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Elections, Départementales, Deux-Sèvres, Coralie Denoues, juillet 2021
Trois tours nécessaires pour élire Coralie Denoues
La liste 100% Deux-Sèvres a obtenu une large majorité au second tour des élections dimanche 27 juin. Pour autant trois tours ont…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité