Aller au contenu principal

Grandes cultures: Axa teste une assurance climatique contre la non-levée du colza

© Axa

Le groupe d'assurance Axa teste, pour la première fois cette année, une assurance climatique contre la non-levée des semis de colza, par l'intermédiaire de sa filiale spécialiste de l'assurance paramétrique, Axa Climate, a-t-on appris lors d'une journée organisée par son partenaire Cybele tech, le 2 octobre. Des pilotes ont été lancés notamment en Roumanie (40 000 hectares) et en France.

Avec la répétition des sécheresses, les problèmes d'émergence de colza se répètent en Europe, notamment en Grande-Bretagne et en Europe de l'est, a expliqué Paola Fedou, chef de produit chez Axa Climate. Le phénomène est également aigu en France depuis trois ans. S'il existe déjà des garanties commerciales du taux de germination d'une semence certifiée, Axa a construit ici une assurance contre la non-levée visant le risque de sécheresse et basée sur un indice climatique. Le produit est destiné aux semenciers, qui l'intègrent ensuite dans leurs propres offres.

Dans la même idée d'assurance intégrée à un intrant, Axa développe également une offre pour les fongicides du blé, couvrant la survenue d'une maladie si les prescriptions ont été suivies par l'agriculteur. Lancé en 2019, Axa Climate est un spécialiste de l'assurance paramétrique, un nouveau type de couverture qui tente de remplacer les experts par des indices. En agriculture, la plus connue est jusqu'ici l'assurance des prairies, lancée en 2015 par Pacifica.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
La vente de taureaux des Sicaudières se tiendra en présentiel et en ligne
Le 12 mars, la station d’évaluation du lycée agricole de Bressuire proposera 35 taureaux à la vente. Dernière vente de charolais…
Publicité