Aller au contenu principal

Guy Fichet bichonne son patrimoine forestier

A 68 ans, Guy Fichet suit les surfaces boisées propriétés de la famille. Ce travail est pour lui un vrai plaisir qui, réalisé dans l'optique de vendre du bois à terme, permet d'entretenir le patrimoine familial.

« Dans certains bois, les populations s'appauvrissent. Les chênes adultes coupés, la relève a du mal à s'installer. En 
suivant le cycle du Fogefor, c'est aussi des explications 
et des solutions que je suis allé chercher », explique Guy Fichet.
« Dans certains bois, les populations s'appauvrissent. Les chênes adultes coupés, la relève a du mal à s'installer. En
suivant le cycle du Fogefor, c'est aussi des explications
et des solutions que je suis allé chercher », explique Guy Fichet.
© C.P.

«Si les bois se régénèrent de manière naturelle, j'ai eu l'occasion de m'apercevoir que l'intervention de l'homme accélère le temps », témoigne Guy Fichet. À 68 ans, cet agriculteur retraité à Sompt a gardé de sa longue carrière ce goût pour l'exploitation. Depuis dix ans, et après avoir suivi le cycle Fogefor, cycle d'initiation à la gestion forestière, il s'investit pour mettre en valeur les bois de la famille. « Cette formation m'a apporté les notions primaires », présente-il. Autant que les essences et leurs particularités, c'est la vision de l'exploitation qu'il y a découvert. « Un bois est d'autant plus productif que les essences sont adaptées à la nature du sol », précise le passionné.


La mise en place du boisement et son exploitation seront fonction de la stratégie définie, qui prend également en compte les marchés. Dans cette parcelle, explique Guy, dominé par l'un de ces spécimens, l'ancien propriétaire avait choisi de planter des chênes aux côtés des pins laricio. « Ils servent de gainage. Leur croissance plus rapide que celle du chêne pousse ce dernier à choisir le chemin le plus direct pour trouver la lumière : la ligne droite », indique l'initié.
Après vingt ou trente années de développement, l'exploitant intervient et sélectionne les plus beaux sujets. Destinés au bois d'oeuvre, ces derniers doivent encore grossir, élargir leur circonférence. Parce qu'ils ont alors besoin de place autour d'eux, Guy ou bien son frère, son fils ou encore ses gendres coupent, taillent les autres sujets. La production issue de cet éclaircissage est valorisée en bois en chauffage. L'exploitation prend alors tout son sens.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 2 septembre 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité