Aller au contenu principal

Guy Fichet bichonne son patrimoine forestier

A 68 ans, Guy Fichet suit les surfaces boisées propriétés de la famille. Ce travail est pour lui un vrai plaisir qui, réalisé dans l'optique de vendre du bois à terme, permet d'entretenir le patrimoine familial.

« Dans certains bois, les populations s'appauvrissent. Les chênes adultes coupés, la relève a du mal à s'installer. En 
suivant le cycle du Fogefor, c'est aussi des explications 
et des solutions que je suis allé chercher », explique Guy Fichet.
« Dans certains bois, les populations s'appauvrissent. Les chênes adultes coupés, la relève a du mal à s'installer. En
suivant le cycle du Fogefor, c'est aussi des explications
et des solutions que je suis allé chercher », explique Guy Fichet.
© C.P.

«Si les bois se régénèrent de manière naturelle, j'ai eu l'occasion de m'apercevoir que l'intervention de l'homme accélère le temps », témoigne Guy Fichet. À 68 ans, cet agriculteur retraité à Sompt a gardé de sa longue carrière ce goût pour l'exploitation. Depuis dix ans, et après avoir suivi le cycle Fogefor, cycle d'initiation à la gestion forestière, il s'investit pour mettre en valeur les bois de la famille. « Cette formation m'a apporté les notions primaires », présente-il. Autant que les essences et leurs particularités, c'est la vision de l'exploitation qu'il y a découvert. « Un bois est d'autant plus productif que les essences sont adaptées à la nature du sol », précise le passionné.


La mise en place du boisement et son exploitation seront fonction de la stratégie définie, qui prend également en compte les marchés. Dans cette parcelle, explique Guy, dominé par l'un de ces spécimens, l'ancien propriétaire avait choisi de planter des chênes aux côtés des pins laricio. « Ils servent de gainage. Leur croissance plus rapide que celle du chêne pousse ce dernier à choisir le chemin le plus direct pour trouver la lumière : la ligne droite », indique l'initié.
Après vingt ou trente années de développement, l'exploitant intervient et sélectionne les plus beaux sujets. Destinés au bois d'oeuvre, ces derniers doivent encore grossir, élargir leur circonférence. Parce qu'ils ont alors besoin de place autour d'eux, Guy ou bien son frère, son fils ou encore ses gendres coupent, taillent les autres sujets. La production issue de cet éclaircissage est valorisée en bois en chauffage. L'exploitation prend alors tout son sens.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 2 septembre 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Le guichet pour les aides de crise ouvre le 22 juillet
Annoncée en mars, l’aide aux éleveurs ayant dégagé un revenu inférieur à 11000€ en 2020 sera mobilisable du 22 juillet au 15…
Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité