Aller au contenu principal

H5N3, un nouveau cas faiblement pathogène

Faiblement pathogène, le cinquième cas en Deux-Sèvres n'empêche pas la levée de la zone de protection autour de La Chapelle-Bâton.

À ce jour, deux zones de surveillance subsistent. Une première concerne 19 communes autour de Fors (en orange) et une seconde, au nord, autour de La Chapelle-Bâton (en jaune).
À ce jour, deux zones de surveillance subsistent. Une première concerne 19 communes autour de Fors (en orange) et une seconde, au nord, autour de La Chapelle-Bâton (en jaune).
© DDCSPP

Le compteur continue de tourner. 394 cas d'influenza aviaire ont été diagnostiqués en France, dont un cinquième cas en Deux-Sèvres. En fin de semaine dernière, un nouvel abattage a eu lieu dans un élevage de la commune de Saint-Pardoux. Les 6 000 canards abattus devaient partir dans les jours suivants dans un atelier de gavage, hors zone de surveillance. Conformément à la procédure administrative mise en place pour contenir la diffusion de virus, l'exploitation a fait l'objet de prélèvements d'écouvillons. La présence de H5 a déclenché l'abattage. Quelques jours plus tard, le « N » tombe. Après le N8 (à La Chapelle-Bâton et à Augé) et le N1 (dans un second élevage d'Augé), c'est le N3 qui est aujourd'hui diagnostiqué. « Un virus moins virulent que le H5N8 », communiquait la préfecture en début de semaine.


Reconnu faiblement pathogène, le cas révélé le 23 février n'a pas empêché la levée de la zone de protection arrêtée depuis fin décembre sur les communes de La Chapelle-Bâton, Saint Christophe-sur-Roc et Augé. « La situation évolue favorablement sur ces communes », précisait le communiqué des services de l'État.


À ce jour, en Deux-Sèvres, seules deux zones de surveillance subsistent. Celle située autour de Fors concerne 19 communes. Plus au nord, la zone de surveillance de 10 km mise en place à la suite des cas d'influenza aviaire détectés sur les communes de La Chapelle-Bâton et Augé demeure et s'étend en intégrant la commune de Soutiers, compte tenu de la proximité de cette dernière avec l'élevage des 6 000 canards abattus vendredi dernier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité