Aller au contenu principal

Horticulture : « compenser les pertes avec de l'argent frais est indispensable »

© Pixabay

En visite le 22 mai dans deux exploitations horticoles du Maine-et-Loire, la présidente de la Fnsea Christiane Lambert a insisté sur « l'indispensable » compensation des pertes dues au Covid-19, au-delà du plan envisagé par le gouvernement. Une réunion avec les ministres Bruno Le Maire (économie) et Didier Guillaume (agriculture) doit se tenir « d'ici une dizaine de jours », indique-t-elle à Agra Presse. La Fnsea demande des aides « en argent frais, a minima à hauteur de 70%» des pertes enregistrées durant le confinement, soit un niveau équivalent aux aides débloquées aux Pays-Bas. « Le gouvernement néerlandais a débloqué 600 millions d'euros pour aider ses horticulteurs, remarque Christiane Lambert. Les producteurs français sont inquiets, car ils voient les Hollandais toquer à la porte des jardineries ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
Publicité