Aller au contenu principal

Safer
« Il faut réduire de moitié l’artificialisation des sols »

Sur les quatre dernières années, l’articificialisation des terres agricoles est en baisse sur le territoire de la Safer Poitou-Charentes Vendée. En 2010, 5600 ha ont quitté l’agriculture soit 3000 ha de moins qu’en 2007.

Patrice Coutin, président de la Safer et Pierre Baudry, directeur adjoint, ont annoncé le nom du futur directeur de l’établissement. Philippe Tuzelet prendra ses fonctions le 4 juillet.
Patrice Coutin, président de la Safer et Pierre Baudry, directeur adjoint, ont annoncé le nom du futur directeur de l’établissement. Philippe Tuzelet prendra ses fonctions le 4 juillet.
© DR

«L’équivalent de la surface d’un département quitterait l’agriculture tous les cinq ans. » Ces dernières années, ce message martelé par les responsables agricoles devait sensibiliser les élus locaux mais également l’ensemble de la population française. L’activité économique, les aménagements périurbains, l’habitat rural… grignotent la terre nourricière. Outre la réduction des surfaces cultivables - outil de travail des agriculteurs - cette pression foncière contribue à l’augmentation du prix de la terre. En Poitou-Charentes et en Vendée, 2007 aura été l’année noire. 8600 ha quittaient le domaine agricole. Vendredi 10 juin 2011, à Niort, au siège social de la Safer, lors de l’assemblée générale de la structure, Patrice Coutin, président de l’établissement, présentait une nette amélioration. En 2010, ce grignotage concerne 5600 ha. « C’est trop, mais c’est 3000 ha de moins que trois ans plus tôt. La sensibilisation conduite ces dernières années, les chartes signées avec les collectivités ont éveillé les consciences. » Au cours de l’après-midi, le responsable devait appeler à poursuivre les efforts au-delà de la crise économique. Le ralentissement des investissements tous secteurs professionnels confondus pourrait pour partie expliquer ce retournement heureux de situation. « Réduire de moitié l’artificialisation des terres agricoles reste notre objectif. Ceci doit se faire sans freiner le développement économique  », insiste Patrice Coutin. C’est ainsi que la Safer a mis en place un certain nombre d’outils. L’observatoire des mutations foncières sur les périmètres communaux associés à l’évaluation de l’impact foncier des projets consommateurs d’espace permet de sensibiliser en amont les investisseurs.    
Prix moyen par hectareAutre point positif en cette cinquantième année d’existence des Safer : la stabilité en valeur du marché foncier pourtant marqué par une baisse des notifications. En Poitou-Charentes et en Vendée, le prix moyen à l’hectare reste à 3300 euros en 2010 : 3910 euros par hectare en Charente-Maritime, 3640 euros par hectare en Charente, 3590 euros par hectare en Vienne, 2820 euros par hectare en Deux-Sèvres et 2500 euros par hectare en Vendée.

Focus sur les vignes

Le prix moyen départemental des vignes progresse de 4% en Charente. Le prix des borderies enregistre la plus forte augmentation :+ 19%. 12% pour la Petite Champagne et 3% pour les Fins Bois. Les prix moyens de la Grande Champagne et des Bons Bois restent stables. En Charente-Maritime, la moyenne progresse de 5%. Le prix moyen de la Petite Champagne augmente de 8%, celui des Borderies de 7% et celui des Fins Bois de 4%. Le prix moyen des bons bois reste stable.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Elections, Départementales, Deux-Sèvres, Coralie Denoues, juillet 2021
Trois tours nécessaires pour élire Coralie Denoues
La liste 100% Deux-Sèvres a obtenu une large majorité au second tour des élections dimanche 27 juin. Pour autant trois tours ont…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité