Aller au contenu principal

Fourrages
« Il faut trouver 1 700 ha de paille »

La FDSEA estime les besoins à près de 5 000 tonnes.

La FDSEA vient de terminer le recensement des besoins en paille et foin suite aux conditions climatiques défavorables du printemps. Le bureau de la FDSEA qui s’est réuni le lundi 14 juin a estimé les besoins à près de 5 000 tonnes soit un équivalent en surface de l’ordre de 1 700 ha. Cette demande est certes importante mais pas insurmontable par rapport aux ressources du département. En conséquence, le bureau de la FDSEA a décidé de lancer un appel à la solidarité sur le département entre céréaliers et éleveurs avant de conduire une opération de plus grande ampleur avec d’autres départements céréaliers. Cet appel doit se traduire sur le terrain par le non-broyage de la paille, par des échanges de gré à gré entre céréaliers et éleveurs sur la base de prix « moralisés ». La FDSEA se félicite dès maintenant du fait que certains cantons se sont engagés dans cette solidarité avec la mise à disposition de plusieurs dizaines d’hectares de paille. Pour le moment cette offre reste insuffisante. Le syndicat continue à recenser toutes les offres,  y compris celles de paille de colza et de pois qui peuvent être une alternative

 

Contact : pour céder quelques hectares de paille, téléphoner au 05 49 77 16 69. La FDSEA apporte une caution morale à ces échanges qui resteront de gré à gré. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité