Aller au contenu principal

Caprins
" Il va manquer autour de 40EUR/1000 l pour couvrir le coût de production "

Trois questions à Samuel Herault, vice-président de la section caprine de la Fnsea 79.

Samuel Herault.
Samuel Herault.
© N. C.

Dans quelle situation se trouve l'élevage caprin en ce début d'année 2014 ?
La situation n'a malheureusement que très peu évolué. Les coûts de production en 2013 ont été équivalents à ceux de 2012 et ont très faiblement baissé fin 2013. Les industriels laitiers ont très peu répercuté la hausse des coûts de production sur le prix à la production. Sur notre demande initiale d'une revalorisation de 120EUR/1000 l par rapport au prix de 2011, il nous manque toujours 70EUR/1000 l. Or les hausses annoncées par les transformateurs en ce début d'année ne seront pas à la hauteur.  Il va manquer autour de 40EUR/1000 l pour couvrir le coût de production. Cela ne peut plus durer et ce, d'autant plus qu'il est impossible pour nous de comprendre cette situation au vu de la pénurie de fromages de chèvre constatée dans les rayons. Pour relancer la production, certains ont oublié que c'était par le prix que cela passait. Si rien n'est fait, nous allons droit dans le  mur. Dans ce cadre, au niveau de la section caprine de la Fnsea 79, nous avons décidé de placer sous surveillance transformateurs et distributeurs.

Placer sous surveillance. C'est-à-dire ?
Alors que les négociations sont en cours pour la fixation des prix en 2014, nous constatons que les GMS ne veulent pas entendre parler de hausse et que nos transformateurs manquent d'ambition et de force pour obtenir celle-ci. Chacun d'entre eux doit savoir que nous les avons placés sous surveillance et que suivant l'avancée des négociations nous ne manquerons pas d'y apporter notre contribution au travers d'actions dont ils ont pu constater la vigueur l'année dernière. Si nous devons, reproduire ce qui a été fait, nous n'hésiterons pas.


Et concernant la taxe d'équarrissage, qu'allez-vous faire ?
D'abord, je tiens à dire que la hausse du coût de l'équarrissage tel qu'elle est envisagée est tout simplement inacceptable. Multiplier par six cette charge est intolérable. Et ce,  d'autant plus qu'à l'heure actuelle, les équarrisseurs se battent pour obtenir des zones de collecte. En Deux-Sèvres, nous considérons que le travail qu'ont conduit la profession et l'interprofession s'est fait sans concertation, tout du moins avec la première région productrice de lait de chèvre en France et par conséquent le premier département producteur. Par ailleurs, l'état avait annoncé dès 2009 qu'un travail serait à conduire sur ce sujet, mais la profession a commencé celui-ci il y a seulement six mois dans la précipitation. Tout ceci pose un sérieux problème. Aussi, la section caprine de la Fnsea 79 a constitué un groupe de travail pour retravailler ce dossier, le reprendre de A à Z pour trouver des solutions pour les éleveurs, car cette hausse c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Les JA mettent en scène la comédie amère des prix agricoles
Répondant à un appel national à manifester, les JA et la Fnsea 79 ont organisé une remise des prix décalée à l’intention des GMS…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Les travaux de la ferme aux 1200 taurillons pourraient débuter en 2021
La décision de la cour administrative d’appel, le 29 décembre, a fait tomber l’annulation de l’autorisation d’exploiter qui avait…
Publicité