Aller au contenu principal

Vignobles
Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres

Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu au niveau national et à l’étranger. Clément Moreau, à Fors, lance tout juste une production typique et locale.

Clément Moreau a planté des pieds de vigne sur le premier coteau au-dessus du Marais poitevin, à Fors, en 2019. Il veut relancer la production d’un vin typique du coin, là où, au XIXe siècle, des centaines d’hectares de vignobles ont été décimés par le phylloxéra.
© Léa Calleau

Du vin dans les Deux-Sèvres ? L’idée peut surprendre, tant le département n’a pas la réputation d’être un pays de vins. Philippe Rambaud, caviste d’Esprit Sommelier, à Niort, le constate régulièrement : « Quand je propose un vin des Deux-Sèvres, les clients ont comme un mouvement de recul ». Et pourtant, il existe chez nous des terroirs précieux, tombés dans l’oubli après le passage dévastateur du phylloxéra dans les années 1860.

Le nord du département a maintenu une tradition de vignoble, porté par la proximité avec Saumur et l’Anjou. Parmi ces vignerons, deux noms se sont faits une place depuis une dizaine d'années, ceux de Benoît Blet et Nicolas Reau, implantés l’un à Oiron et l’autre à Sainte-Radegonde, dont les vins sont aujourd’hui reconnus en France et à l’étranger.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
PCAE : 80 millions d’euros sur un an, du jamais vu
L’enveloppe de cette année permettra de financer plus du double des projets habituels, avec une sélection plus large que par le…
La mort du bovin viande

Une nouvelle Pac se profile !

Le ministère propose une remise en cause du montant de l’enveloppe dédiée à la…

Le cuir, une histoire de famille
Rebecca Larapidie a créé Abak’art, sa marque de maroquinerie, pour laquelle elle utilise exclusivement les peaux de bovins élevés…
Un concours réussi et une belle dynamique au marché ovin de Parthenay
Le concours annuel des agneaux a donné lieu à une belle présentation, de l’avis des organisateurs. Au marché au cadran, la…
Associés du GAEC la Vallée des Blondes, Deux-Sèvres, Nouvelle-Aquitaine, Blonde d'Aquitaine, Vaches allaitantes
Pilot’élevage : un tableau de bord pour faire rouler le troupeau vers la performance
L’outil d’identification Pilot’Élevage a conduit l’ASSEL à recalibrer le tableau de bord utilisé par les élevages de plus de dix…
Publicité