Aller au contenu principal

Innovation : de la composition physique des sols à la recommandation agronomique

Terrena propose un nouvel outil d’analyse aux agriculteurs. Objectif : scruter les sols de façon pointue pour adapter les apports d’intrants aux besoins réels.

Le temps où les agriculteurs pensaient à satisfaire les besoins de la culture est révolu. « Nous travaillons avec en tête le bon fonctionnement du sol. De celui-ci, les plantes extraient les nutriments dont elles ont besoin », explique Maxime Bujon, céréalier à Montalembert.
Ce mode de fonctionnement, bénéfique à l’environnement, exige une parfaite connaissance du potentiel des sols. Cette technologie, par étapes successives, permettra de sortir une carte précise des sols assortie de préconisations. L’étude a commencé mi-novembre par le passage d’un outil géoréférencé. Il a sillonné les parcelles en faisant des relevés tous les 12 mètres. Équipé de roues étroites, il mesure, via la diffusion d’un courant électrique, la résistivité des sols sur une profondeur allant de la surface à 1,70 mètre. « Dans une même parcelle, on peut, en moins de 300 m, passer d’une terre de groie à un limon profond. De la composition physique dépend le potentiel et donc - en fonction des précédents culturaux également - les apports ».

S’engager dans cette technique est pour les exploitants un choix stratégique. La réalisation de l’analyse des sols coûte 100 €/ha en prestation initiale. C’est un investissement qui, comme l’épandeur à engrais (*) et l’installation sur la moissonneuse-batteuse de capteurs de rendement, sera amorti sur plusieurs années. À ce jour, Terrena compte 70 adhérents engagés dans ce dispositif pour 4 000 ha de surface.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

300 personnes pour le premier dîner fermier à La Crèche

La chambre d’agriculture des Deux-Sèvres a lancé…

Petit moulin cherche meunier pour se réveiller
Depuis les années 80, la famille Boiron fait tourner la minoterie éponyme, en plein cœur de La Crèche. Inscrite dans la tradition…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Stockage de l'eau : les uns avancent, les autres demandent à rejouer la partie
La radicalisation des opposants aux projets de stockage de l’eau laisse peu d’espoir que naissent des compromis. Le 6 novembre, à…
Plein phare sur le robot d’alimentation au Chêne blanc
Au programme de cette première journée du salon Capr’Inov, rendez-vous à Pougne-Hérisson pour visiter la SCEA du Chêne Blanc, qui…
Définition de l'agriculteur actif: l'État et les Régions d'accord pour 67 ans maximum

Dans le cadre de la concertation autour de la déclinaison française de la future Pac, le Plan stratégique national (PSN), les…

Publicité