Aller au contenu principal

Sival
Investissement et innovation pour l’année 2013

Inquiétudes et optimisme se mêlaient pour les producteurs de fruits et légumes lors du Sival à Angers la semaine dernière.

Bruno Dupont, Jacques Rouchaussé et Philippe Rétière.
Bruno Dupont, Jacques Rouchaussé et Philippe Rétière.
© A. A.
«Un bilan 2012 correct. » C’est ce qu’ont affirmé Bruno Dupont, président de la Fédération régionale des producteurs de fruits (FRPF) et Jacques Rouchaussé, président de Producteurs de légumes de France lors de leur conférence de presse au Sival. Malgré les aléas climatiques de 2012, « le moral est meilleur. Les arboriculteurs sont nombreux à venir au salon, cette année. C’est bien la preuve qu’ils sont prêts à réinvestir », souligne Bruno Dupont.
« L’année 2012 a été bonne en termes de prix suite à des baisses de volume de production dans l’Union européenne. » Et les arboriculteurs veulent renouveler les  vergers. Pourtant, une crainte demeure : la sous-production de l’an passé a déréglé le marché.
« Nous avons perdu des parts qu’il va falloir récupérer. » Une reconquête qui s’annonce difficile selon le président de la FRPF. À cela s’ajoute la concurrence croissante de certains pays européens comme la Pologne.
Côté légumes, le syndicat se veut optimiste, mais réaliste. « La consommation est stable, les ventes sont correctes et la production aussi », résume Jacques Rouchaussé. L’annonce du crédit d’impôt compétitivité emploi est de bon augure, « ce serait une bouffée d’oxygène pour certains ». Mais, le président du syndicat se dit vigilant : « Il doit s’appliquer à tous les producteurs de légumes sans exception ». La baisse du budget de FranceAgriMer inquiète la profession. « Il faut de l’argent pour investir. Notre secteur a besoin de réactivité pour être compétitif », indique Philippe Retière, président de la Fédération des maraîchers nantais. « Notre compétitivité dépend de notre capacité à innover. La haute technicité permet de réduire nos intrants, mieux gérer l’eau… » Les producteurs de légumes espèrent intensifier les recherches en partenariat avec l’Inra pour rester compétitifs sur le marché international.
Un regret : la non-harmonisation de la législation dans l’UE en matière de produits phytosanitaires. « En France, on nous interdit l’utilisation de certains produits alors que nos concurrents directs les utilisent. » Des légumes qui sont ensuite commercialisés en France. « C’est incohérent », s’accordent à dire les deux présidents de syndicats de productions légumières.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité