Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Irrigation : un petit tour par les chiffres

© Jean-Jacques Biteau

ur les trois bassins que sont Le Thouet, la Sèvre niortaise et la Boutonne, 558 exploitations irriguent. Ces structures comptent en moyenne 2,5 unités de travailleurs agricoles et salariés. Le volume global affecté, soit 38 millions de mètres cubes (13,1 millions stockés en réserves ou dans les barrages de la Touche Poupard ou du Cébron et 24,9 millions prélevés dans le milieu en été), est de 27 000  m3 par unité de main-d’œuvre.
Pour répondre aux exigences de la loi sur l’eau et « retrouver à horizon 2021 le bon équilibre des masses d’eau », les agriculteurs proposent de limiter l’impact environnemental l’été en substituant pour partie la période des prélèvements. Les réserves en projet ont cet objectif. Celles-ci construites, les 24,9 millions de mètres cubes autorisés, qui potentiellement peuvent être prélevés dans le milieu au cours de la période de l’année la plus sèche (hors arrêtés de restriction d’irrigation), tomberont à 10,3 millions. La différence, environ 15 millions de m3, parce qu’elle aura été stockée l’hiver, alors que les précipitations sont importantes, pourra servir la dynamique économique des territoires sans nuire à l’environnement.
En 2018, 18 700 hectares sont irrigués sur les trois bassins évoqués, soit environ 5% de la surface agricole de chacun des bassins. L’irrigation sert la diversité des cultures. Une dizaine d’espèces végétales est arrosée. Selon les secteurs, les surfaces irriguées accueillent principalement par ordre décroissant du blé, du maïs grain, du maïs fourrage, des prairies/fourrages, des productions d’oléo-protéagineux, des semences, des légumes.
Pour préserver la ressource, aussi une attente sociétale, les agriculteurs irrigants vont, avec les projets de substitution, supporter une augmentation du prix de l’eau. Une réalité économique qui, selon les études de la chambre d’agriculture, devrait réorienter l’affectation des volumes sur des productions à forte valeur ajoutée : production biologique, fourrages, légumes, fruits, semences.

http://www.agri79.fr/actualites/l-usage-collectif-et-mutualise-de-l-eau-repond-a-l-interet-general:C01MONP2.html

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Le département passe à l’acte 2 de son plan de relance
Après un premier plan d’aides annoncé le 21 avril dernier, le Conseil départemental en a entamé un deuxième, doté d’un budget…
Grégory Nivelle, nouveau président de la Fnsea 79 : « Les agriculteurs n’imposent pas un modèle, ils répondent à des attentes »
Mardi 9 juin, la nouvelle équipe de la FNSEA 79 a élu Grégory Nivelle président. L’éleveur laitier du sud Deux-Sèvres succède à l…
Quand l’installation tient à un permis de construire
Au Gaec Lactagri, à Aiffres, la relève est presque assurée : deux porteurs de projet sont dans l’attente de la construction d’un…
Guillaume Largeaud, attaché au Marais... et à faire bouger les lignes
Son passage à Top Chef Les grands duels, le 10 juin, nous a laissé sur notre faim. Portrait d’un éleveur convaincu que la…
Les Marchés de Producteurs de Pays maintenus 

La chambre d’agriculture a souhaité maintenir les Marchés de Producteurs de Pays de l’été pour compenser le manque à gagner…

Un cheptel en légère hausse
Thierry Baudouin raccroche après quatorze ans de présidence. Catherine Gallard et Emmanuel Turpeau prennent le relais avec de…
Publicité