Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Irrigation : un petit tour par les chiffres

© Jean-Jacques Biteau

ur les trois bassins que sont Le Thouet, la Sèvre niortaise et la Boutonne, 558 exploitations irriguent. Ces structures comptent en moyenne 2,5 unités de travailleurs agricoles et salariés. Le volume global affecté, soit 38 millions de mètres cubes (13,1 millions stockés en réserves ou dans les barrages de la Touche Poupard ou du Cébron et 24,9 millions prélevés dans le milieu en été), est de 27 000  m3 par unité de main-d’œuvre.
Pour répondre aux exigences de la loi sur l’eau et « retrouver à horizon 2021 le bon équilibre des masses d’eau », les agriculteurs proposent de limiter l’impact environnemental l’été en substituant pour partie la période des prélèvements. Les réserves en projet ont cet objectif. Celles-ci construites, les 24,9 millions de mètres cubes autorisés, qui potentiellement peuvent être prélevés dans le milieu au cours de la période de l’année la plus sèche (hors arrêtés de restriction d’irrigation), tomberont à 10,3 millions. La différence, environ 15 millions de m3, parce qu’elle aura été stockée l’hiver, alors que les précipitations sont importantes, pourra servir la dynamique économique des territoires sans nuire à l’environnement.
En 2018, 18 700 hectares sont irrigués sur les trois bassins évoqués, soit environ 5% de la surface agricole de chacun des bassins. L’irrigation sert la diversité des cultures. Une dizaine d’espèces végétales est arrosée. Selon les secteurs, les surfaces irriguées accueillent principalement par ordre décroissant du blé, du maïs grain, du maïs fourrage, des prairies/fourrages, des productions d’oléo-protéagineux, des semences, des légumes.
Pour préserver la ressource, aussi une attente sociétale, les agriculteurs irrigants vont, avec les projets de substitution, supporter une augmentation du prix de l’eau. Une réalité économique qui, selon les études de la chambre d’agriculture, devrait réorienter l’affectation des volumes sur des productions à forte valeur ajoutée : production biologique, fourrages, légumes, fruits, semences.

http://www.agri79.fr/actualites/l-usage-collectif-et-mutualise-de-l-eau-repond-a-l-interet-general:C01MONP2.html

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Grossiste, éleveur, restaurateur : ils se lancent dans l’ultralocal
Fin juin, les frères Giraud, éleveurs de Limousines et Charolaises, ont vendu une nouvelle vache au grossiste bressuirais…
Publicité