Aller au contenu principal

Irrigation : un petit tour par les chiffres

© Jean-Jacques Biteau

ur les trois bassins que sont Le Thouet, la Sèvre niortaise et la Boutonne, 558 exploitations irriguent. Ces structures comptent en moyenne 2,5 unités de travailleurs agricoles et salariés. Le volume global affecté, soit 38 millions de mètres cubes (13,1 millions stockés en réserves ou dans les barrages de la Touche Poupard ou du Cébron et 24,9 millions prélevés dans le milieu en été), est de 27 000  m3 par unité de main-d’œuvre.
Pour répondre aux exigences de la loi sur l’eau et « retrouver à horizon 2021 le bon équilibre des masses d’eau », les agriculteurs proposent de limiter l’impact environnemental l’été en substituant pour partie la période des prélèvements. Les réserves en projet ont cet objectif. Celles-ci construites, les 24,9 millions de mètres cubes autorisés, qui potentiellement peuvent être prélevés dans le milieu au cours de la période de l’année la plus sèche (hors arrêtés de restriction d’irrigation), tomberont à 10,3 millions. La différence, environ 15 millions de m3, parce qu’elle aura été stockée l’hiver, alors que les précipitations sont importantes, pourra servir la dynamique économique des territoires sans nuire à l’environnement.
En 2018, 18 700 hectares sont irrigués sur les trois bassins évoqués, soit environ 5% de la surface agricole de chacun des bassins. L’irrigation sert la diversité des cultures. Une dizaine d’espèces végétales est arrosée. Selon les secteurs, les surfaces irriguées accueillent principalement par ordre décroissant du blé, du maïs grain, du maïs fourrage, des prairies/fourrages, des productions d’oléo-protéagineux, des semences, des légumes.
Pour préserver la ressource, aussi une attente sociétale, les agriculteurs irrigants vont, avec les projets de substitution, supporter une augmentation du prix de l’eau. Une réalité économique qui, selon les études de la chambre d’agriculture, devrait réorienter l’affectation des volumes sur des productions à forte valeur ajoutée : production biologique, fourrages, légumes, fruits, semences.

http://www.agri79.fr/actualites/l-usage-collectif-et-mutualise-de-l-eau-repond-a-l-interet-general:C01MONP2.html

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Étang de Beaurepaire : la digue fermée à la circulation complique le quotidien
La fermeture de la route qui traverse l’étang de Beaurepaire oblige à faire un détour de 10 kilomètres. Les fonds pour mener les…
Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
À la découverte de la petite Toscane argentonnaise
Loin de la plaine du sud, à équidistance de Bressuire et de Thouars, le village d’Argenton-les-Vallées se tient entre deux rives…
Publicité