Aller au contenu principal

Edito
Grégory Nivelle : « J’espère »

Grégory Nivelle président de la FNSEA 79
© Christelle Picaud

Loin de s’opposer à l’évolution de l’agriculture, les agriculteurs s’engagent à leur rythme. L’économie des exploitations, le respect de la nature, l’approvisionnement des marchés guident leurs décisions, parfois bien difficiles à prendre tant le compromis entre les différents objectifs peut être éloigné.

Tester, juger, appliquer est un processus long et exigeant. Cette remise en question bouscule certains équilibres. Pour ne pas déstructurer, dans le meilleur des cas, se priver, au pire, de revenus, les agriculteurs avancent à la vitesse des solutions qu’ils trouvent ou qui leur sont proposées.

Le pragmatisme est une valeur dans le monde agricole. Cette valeur, je l’espère, compte parmi celles du tout nouveau ministre de l’agriculture.

Julien Denormandie est ingénieur agronome. Sorti d’AgroParisTech, je souhaite que ce haut fonctionnaire rattaché au corps des eaux et forêts, directeur adjoint de cabinet lorsqu’Emmanuel Macron était à Bercy, comprenne les réalités qui sont les nôtres.

Il n’y aura pas de transition agricole sans solutions, pas plus que de production sans revenu pour les agriculteurs.

Formé aux réalités agricoles, le nouveau ministre devrait trouver la motivation, la force également, de dépasser les mots. « Le compte n’y est pas », a déclaré Didier Guillaume ce printemps en parlant des Egalim, sans pour autant agir.

Inverser le processus de formation des prix est une nécessité.

J’attends, nous attendons de Julien Denormandie qu’il fasse appliquer cette loi ambitieuse. Elle est le socle sur lequel se construira l’agriculture de demain. Une agriculture qui entend les attentes sociétales et répond aux besoins des marchés.

Je propose, comme nous l’avions proposé à ses prédécesseurs, de l’accueillir en Deux-Sèvres pour lui expliquer pourquoi il est urgent d’agir.

Espérons que sur ce point également il se démarque. Invités, ni Stéphane Le Foll, ni Stéphane Travers, ni Didier Guillaume n’ont jugé bon de venir. 

Lire aussi : « Les agriculteurs n’imposent pas un modèle, ils répondent à des attentes »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

300 personnes pour le premier dîner fermier à La Crèche

La chambre d’agriculture des Deux-Sèvres a lancé…

Petit moulin cherche meunier pour se réveiller
Depuis les années 80, la famille Boiron fait tourner la minoterie éponyme, en plein cœur de La Crèche. Inscrite dans la tradition…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Stockage de l'eau : les uns avancent, les autres demandent à rejouer la partie
La radicalisation des opposants aux projets de stockage de l’eau laisse peu d’espoir que naissent des compromis. Le 6 novembre, à…
Plein phare sur le robot d’alimentation au Chêne blanc
Au programme de cette première journée du salon Capr’Inov, rendez-vous à Pougne-Hérisson pour visiter la SCEA du Chêne Blanc, qui…
Définition de l'agriculteur actif: l'État et les Régions d'accord pour 67 ans maximum

Dans le cadre de la concertation autour de la déclinaison française de la future Pac, le Plan stratégique national (PSN), les…

Publicité