Aller au contenu principal

Développement
Julien Denormandie détaille son plan sur les protéines végétales

Le ministre de l’agriculture a présenté mardi un plan protéines végétales doté de 100 millions d’euros, issus du plan de relance, sur deux ans.

Alors que la France importe la moitié de ses besoins en protéines végétales, le ministère veut améliorer sa souveraineté protéique de dix points en dix ans.
© Arvalis

Attendu depuis plus d’un an, le plan protéines, d’un total de 100 millions d’euros, est pensé comme « une brique importante à l’édifice » pour gagner en souveraineté agroalimentaire, a déclaré le ministre lors de sa présentation le 1er décembre. Aujourd’hui, la France affiche une dépendance vis-à-vis des importations de protéines végétales pour l’alimentation du bétail d’environ 50 %. Une amélioration de la souveraineté protéique de dix points est recherchée en dix ans.

L’objectif est de doubler pendant cette période les surfaces de plantes riches en protéines (soja, pois, légumes secs, luzerne, légumineuses fourragères…). Actuellement d’environ 1 Mha, elles doivent augmenter de 40 % en trois ans pour atteindre 8 % de la SAU en 2030.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Léa Izambart
Léa veut s’installer, malgré les difficultés
Malgré une conjoncture en berne en bovins allaitants, Léa Izambart fourmille d’idées pour amener un nouveau souffle à l’…
Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Publicité