Aller au contenu principal

Irrigation
Julien Denormandie en Charente, la gestion de l’eau en question

Débat au sommet de la réserve de substitution.
© Alexandre Veschini

Accueilli par Philippe Barneron, agriculteur à Tusson mais également président de l’Association syndicale autorisée de l’Aume Couture, le ministre de l’agriculture a été sensibilisé aux problématiques judiciaires et administratives de la gestion de l’eau. C’est au sommet de la réserve de substitution qu’ont eu lieu les débats. Les irrigants présents ont rappelé qu’ils répondaient à des cahiers des charges complexes. « On s’est posé la question de la gestion de l’eau et des étiages dès les années 90 », a contextualisé Philippe Barneron. Il a dénoncé à plusieurs reprises les attaques que subissent les irrigants.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Elections, Départementales, Deux-Sèvres, Coralie Denoues, juillet 2021
Trois tours nécessaires pour élire Coralie Denoues
La liste 100% Deux-Sèvres a obtenu une large majorité au second tour des élections dimanche 27 juin. Pour autant trois tours ont…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité