Aller au contenu principal
Font Size

La biennale deux-sévrienne de l’élevage et de la gastronomie

Du 25 au 27 septembre à Parthenay, l’élevage et la gastronomie ont rendez-vous lors du festival. Une manifestation qui réunira 800 animaux lors de laquelle les éleveurs partageront leur passion avec le public.

La huitième édition du Festival de l’élevage et de la gastronomie aura pour thème « produire local, consommer local ».
La huitième édition du Festival de l’élevage et de la gastronomie aura pour thème « produire local, consommer local ».
© N.C.

L’élevage deux-sévrien sera en fête du vendredi 25 au dimanche 27 septembre à Parthenay. En effet, 2015, année impaire, est synonyme de Festival de l’élevage et de la gastronomie. Cent cinquante éleveurs exposants, 800 animaux, bovins, ovins, équins et caprins s’empareront du marché aux bestiaux.
Environ 450 enfants d’écoles maternelles compteront parmi les visiteurs. Les élèves, un peu plus grands, qui occupent d’ordinaire les bancs des établissements d’enseignement agricole seront mis à contribution pour l’accueil des enfants. Avec les différents trophées des lycéens, ils auront aussi l’occasion de s’illustrer. Quatre établissements se disputeront la première place autour du mouton vendéen. En race normande, six écoles sont engagées. Parmi les deux cents élèves qui officieront dans les concours de pointage, les meilleurs se qualifieront pour le prochain salon de l’agriculture.
Les présidents mettent aussi en avant le concours des apprentis bouchers qui se tiendra le samedi après-midi. Les six candidats, des apprentis de deuxième année, seront départagés sur la qualité de leur travail de découpe et de présentation du produit.
De races il sera également question sur les rings, avec les présentations, les défilés du dimanche et avec les cinq concours organisés le vendredi et le samedi. La réunion de Parthenay s’organise encore autour des trois concours nationaux de  parthenaises (270 animaux engagés), moutons vendéens (150 engagés et 16 élevages de 3 régions) et rouges de l’Ouest (80 animaux). Du côté des laitières, soixante-dix normandes sont attendues pour le rendez-vous interrégional et une vingtaine de montbéliardes concourront le samedi.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité