Aller au contenu principal

Elevage
La BVD, une maladie qui peut se propager très vite

La chambre d’agriculture et le GDS organisent un colloque consacré à la BVD, lors des Conviviales d’automne. Le point sur le pourquoi de cette sensibilisation avec Ghislain Audusseau, responsable de l’action sanitaire au GDS.

Lors des Conviviales, le GDS et la chambre d’agriculture veulent sensibiliser les éleveurs à la prévention contre la BVD. Pour quelles raisons faire autant de prévention aujourd’hui ?
La diarrhée virale bovine ou maladie des muqueuses est une maladie encore très présente dans les élevages des Deux-Sèvres et son impact économique est très important. Il est aussi lourd de conséquences que celui de la para- tuberculose. La BVD est un virus qui se transmet par contact direct, de mufle à mufle, entre bovins. Les deux voies d’entrée dans un élevage sont donc l’achat d’animaux excréteurs ou la contamination au pâturage par le voisinage. C’est donc une maladie qui peut se propager très vite sur un territoire donné.



Comment prévenir cette contagion et enrayer la propagation de cette maladie ?
Il y a plusieurs années, le GDS a mis en place différents outils d’alerte au service des éleveurs. Les contrôles systématiques à l’introduction d’animaux dans le troupeau, les indicateurs de risques mis en évidence et les garanties certifiant l’innocuité de l’animal contrôlé sont autant d’actions proposées pour rassurer l’éleveur.En plus de l’évolution des outils de détection, basés sur la recherche de matériel génétique du virus, une lutte collective sera testée dans le département. Cette démarche vise à promouvoir la communication entre éleveurs, surtout entre voisins et par conséquent probablement éviter bon nombre de contaminations.La BVD n’est pas une maladie honteuse. Parlons-en pour éviter les ennuis dont les éleveurs n’ont pas besoin. Le colloque organisé conjointement par la Chambre d’agriculture et le GDS lors des Conviviales à Bressuire répond à ce besoin d’information.



Comment mieux maîtriser la prévention sur le terrain ?
La contamination au pâturage n’est pas maîtrisée aujourd’hui. Le GDS teste une action de lutte collective qui commence par une meilleure information sur la maladie. C’est l’objectif de la réunion organisée à l’intention des éleveurs de bovin du canton de Coulonges-sur-l’Autize, le mardi 8 novembre 2011 à 13h45, salle du centre socio-culturel à Coulonges-sur-l’Autize. Cette réunion n’est pas fermée, l’ensemble des éleveurs du département peut y assister.Ce sera également l’occasion de présenter les actions du GDS et de mettre en place des méthodes d’alerte auprès des éleveurs et des vétérinaires lorsqu’une circulation virale est avérée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
Étang de Beaurepaire : la digue fermée à la circulation complique le quotidien
La fermeture de la route qui traverse l’étang de Beaurepaire oblige à faire un détour de 10 kilomètres. Les fonds pour mener les…
Publicité