Aller au contenu principal

Sécheresse
La calamité agricole demandée

Une centaine de maraîchers s’est mobilisée pour faire reconnaître les dégâts causés par les canicules de 2019.

© Remdumdum

À l’issue de plusieurs semaines d’enquête, le comité départemental Expertise, constitué des quatre syndicats agricoles, de groupes d’assurances et de la DDT, a validé mi-décembre la reconnaissance de calamité agricole pour le maraîchage deux-sévrien. « Nous avions initié la démarche dès cet été, avec Agrobio 79 et le Civam Seuil du Poitou, explique Amandine Pacault, co-porte-parole de la Confédération paysanne des Deux-Sèvres. On a relevé 25 % de pertes en moyenne sur les chiffres d’affaires annuels et, selon les légumes, les pertes varient de 30 à 80 %. Le stress hydrique subi par les cultures a engendré de multiples conséquences négatives : altise du chou, chute de fleurs de tomates et courges, non levée des semis de carottes… ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité