Aller au contenu principal

La crèche animée de Bressuire fête les dix ans de son renouveau

Créée en 1953 par l’Abbé Rochard, puis restaurée, la crèche animée offre depuis dix ans un fascinant récit vivant de l’histoire de Noël aux habitants de Bressuire comme aux visiteurs de la ville.

Véritable patrimoine régional, la crèche animée témoigne de l’inventivité d’un homme de foi et raconte, dans la pure tradition orale, une journée à Bethléem il y a plus de 2000 ans.
Véritable patrimoine régional, la crèche animée témoigne de l’inventivité d’un homme de foi et raconte, dans la pure tradition orale, une journée à Bethléem il y a plus de 2000 ans.
© F.C.

«La crèche animée de Bressuire est née du génie d’un homme : l’Abbé Rochard », rappelle l’association qui en a aujourd’hui la charge. Curé de la paroisse de Saint-Martin du Fouilloux, l’ecclésiastique était aussi passionné de mécanique et d’électricité. Une passion qu’il a pu mettre au service de sa foi et de Noël à partir de 1950. Il commence alors à créer des personnages animés à l’aide de poupées celluloïdes récupérées et de petits moteurs conçus par ses soins pour donner vie, en 1953, après 2000 heures de travail annuel soit 250 journées de 8 h 00), à une crèche d’un nouveau genre. 120 personnages et animaux forgeant, sciant ou s’agenouillant pour illustrer des scènes de la vie quotidienne de Palestine, autour de la crèche de Bethléem où naquit Jésus. Une prouesse qu’il présentait dans son église, chaque année, avant, en 1972, de déménager et d’animer sa crèche sur Bressuire, ville de sa retraite, jusqu’en 1987.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
Publicité