Aller au contenu principal

Porc
La crise porcine s'installe

Ce nouveau coup dur pour la filière est lié à la flambée des coûts de production

.
.
© Réussir
« Nous ne sommes pas dans une crise de marché, mais bien dans une crise des coûts de production », analyse Jan-Peter Van Ferneij, chercheur sur les marchés à l’Ifip-Institut du porc. Les céréales constituant 70 % de l’aliment des porcs, leur prix a un impact direct sur celui de l’aliment.
Parallèlement, le prix du porc n’a pas suivi les coûts de production. Il a même accusé une baisse de 8,59 % en 2007 par rapport à 2006, à 1,118 euro /kg de moyenne. En partie responsable, la production européenne, en augmentation, principalement en Espagne et en Allemagne. Conséquences de ces deux phénomènes, les éleveurs accumulent les pertes depuis la fin de l’été.

50 à 70 % des éleveurs touchés
« Aujourd’hui, même les éleveurs les plus résistants sont touchés », analyse-t-on au cabinet de conseils Cogédis des Côtes-d’Armor. Avec 40 cents  d’euros de pertes par kilo de porc produit début janvier, la « capacité de résistance des éleveurs » s’effrite sérieusement. « 50 à 70 % des éleveurs français seront touchés par la crise », estime Georges Douguet, du CER des Côtes-d’Armor.

Jusqu’à quand peuvent-ils tenir ?
Les fabricants d’aliments peuvent permettre certaines facilités aux éleveurs, notamment des paiements plus échelonnés ou plus tardifs. Mais ils se plaignent des difficultés qu’ils éprouvent à répercuter à leurs clients les hausses auxquels ils font face, étant obligés de rogner leurs marges. L’issue de la crise ne devrait pas intervenir avant le second semestre 2008, voire le début de 2009. Tout dépendra du redressement espéré des cours et surtout de la baisse éventuelle du prix des céréales. En attendant, la profession s’organise. Elle vient de mettre en place une caisse d’avance de trésorerie dotée de 100 millions d’euros. Parallèlement, le gouvernement français a annoncé un plan d’allègement des charges, tandis que la Commission européenne autorisait fin 2007 le retour des restitutions.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité