Aller au contenu principal

Session
La défense de l’activité économique agricole

Après un tour d’horizon de l’actualité, le Plan régional d’agriculture durable en cours de réalisation a été présenté aux élus de la chambre d’agriculture lors de la session du 30 mars.

Construit sur la base des réflexions de la profession agricole et de tous les acteurs présents sur les territoires qui ont un lien avec l’agriculture et l’environnement, le Plan régional d’agriculture durable a été présenté lors de la session.
Construit sur la base des réflexions de la profession agricole et de tous les acteurs présents sur les territoires qui ont un lien avec l’agriculture et l’environnement, le Plan régional d’agriculture durable a été présenté lors de la session.
© S. B.
Après avoir approuvé les comptes financiers, les membres de la chambre d’agriculture ont fait le point sur l’actualité agricole lors de la session du 30 mars aux Ruralies. « Le début de l’année 2012 ressemble sensiblement à celui de 2011, avec des ressources qui se sont mal rechargées suite aux faibles précipitations hivernales et un début de printemps chaud et sec qui ne favorise pas le maintien des milieux à un niveau moyen et pourrait compromettre les cultures de printemps », a indiqué Daniel Rouvreau, président de la chambre d’agriculture, espérant que de prochaines précipitations viennent regonfler les nappes. Et d’insister : « La solution passera par la création de retenues permettant de tamponner les aléas climatiques et de mieux  répondre aux besoins annuels en utilisant de la ressource créée ».
Sur ce dossier la chambre d’agriculture travaille aux possibilités de transfert de la maîtrise d’ouvrage à la Coop de l’eau des six retenues de substitution restant à réaliser sur le bassin de la Boutonne. Sur le bassin de la Sèvre niortaise, le contrat territorial de gestion quantitative qui porte les projets de retenues de substitution a été adopté avec un stockage collectif de 9 millions de mètres cubes et des actions d’efficience de l’eau.
Sur le bassin du Thouet, les maires ont été informés de la démarche visant à recenser les plans d’eau à usage d’irrigation sur leur commune. A partir des résultats obtenus, les projets de déconnexion des plans d’eau et de création de ressource pourront être initiés avec une partie réglementation et une partie création.
Le président a également soulevé la question des différents dossiers d’aménagement pour lesquels les agriculteurs  subissent des préjudices notamment avec la LGV ou la 2 x 2 voies Cholet-Bressuire.
« Lors de l’enquête publique, les agriculteurs ont pu demander des ouvrages de franchissement pour qu’eux-mêmes ou leurs animaux puissent accéder plus facilement à des parcelles situées de l’autre côté de l’ouvrage. « Leur avis n’a pas été pris en compte », a indiqué le président. « La profession ne peut plus accepter que l’activité économique agricole soit bloquée par la rigidité de l’administration », ont renchéri les élus lors du débat qui a suivi.

Une agriculture régionale plutôt en bonne santé
Construit sur la base des réflexions de la profession agricole et de tous les acteurs présents sur les territoires qui ont un lien avec l’agriculture et l’environnement, le Plan régional d’agriculture durable (PRAD) définit quatre axes stratégiques et une vingtaine d’orientations. Les travaux sont pilotés par un comité composé de représentants de la Draaf, de la Dreal, du conseil régional, du Ceser et de la chambre régionale d’agriculture. Il s’agit de partager une vision à sept ans de l’agriculture durable à travers un document stratégique de référence et de relever le triple défi alimentaire, environnemental, territorial pour l’agriculture du Poitou-Charentes. Lors du diagnostic, tous les élus des chambres de la région ont été questionnés. « Et les réponses ont été positives notamment sur une agriculture régionale qui est plutôt en bonne santé, qui doit être diversifiée, performante, respectueuse de l’environnement et dont la stratégie a un sens. C’est encourageant », a indiqué Pierre-Henri Bousquet, directeur de la chambre régionale.  Les élus ont également souhaité que les exploitations ne s’agrandissent plus et ne disparaissent plus. Ils confirment aussi la gravité d’une disparition de l’élevage pour les territoires. Les avis des élus étaient plutôt partagés sur la production d’énergie mais unanimes pour la création de ressources en eau. Le diagnostic devrait être prêt pour le 16 mai 2012. Les comptes rendus des échanges sont disponibles sur le site Internet de la Draaf.        
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

19 marchés festifs tout au long de l’été
Lieu de convivialité, les MPP offrent aux agriculteurs une occasion de se faire connaître localement. Les agriculteurs se…
Le parcours hors norme de Georgina
Des terrains de handball au Gabon à l’élevage de porcs en France, Georgina Tchatchoua-Gbayuen a eu plusieurs vies. Cette femme d’…
Les curseurs techniques et humains, gages de réussite
Même si le contexte laitier est complexe, les Deux-Sèvres comptent des exploitations en bonne santé. Pour déterminer l’avenir,…
Départementales : les projets des candidats pour la ferme Deux-Sèvres
La Fnsea et les Jeunes agriculteurs des Deux-Sèvres ont convié, mercredi 9 juin, les candidats aux élections départementales pour…
Président de Capr’Inov, un exercice d’équilibriste
Avec la structuration du salon et son développement constant, le temps alloué à la préparation de Capr’Inov est important. Samuel…
La qualité de la farine donne du grain à moudre aux boulangers
Pétrir, mouler et cuire restent les gestes séculaires de la fabrication du pain, mais les ingrédients de base sont choisis selon…
Publicité