Aller au contenu principal

Minoterie
La demande de farine en 1 kilo multipliée par vingt

Depuis trois semaines, Louis-Marie Bellot et ses équipes gèrent au jour le jour. Organisation et anticipation permettent de passer au mieux cette période inédite et surtout imprévisible. 

En 2015, l'entreprise familiale ouvrait ses portes au public. La famille Bellot ne pouvait alors imaginer avoir à gérer une telle déstructuration du marché cinq ans plus tard.
© Christelle Picaud

A la minoterie Bellot, la période de confinement avait été anticipée. « Et heureusement », commente Louis-Marie Bellot le président de la société. La sécurité des salariés a rapidement été organisée dans cette unité de production qui pratique les 3 x 8. Conséquence : peu d’absentéisme n’est à déplorer sur l’actuelle période de confinement. Un atout pour l’entreprise de St-Martin-de-St-Maixent qui depuis trois semaines doit composer avec un marché totalement désorganisé. « En mars, nous avons fait l’équivalent d’un mois de décembre en volume ». Quelques jours avant le confinement, les boulangers ont fait le plein de farine. « Les stocks de matières premières et de sacs gonflés début mars et la mobilisation des équipes nous ont permis de faire face à une demande multipliée par trois ou quatre la semaine du confinement ».

Une période inédite

Depuis, le meunier gère au jour le jour. « La période est difficile pour les boulangers. Un jour, ils manquent de pain, le lendemain, ils en jettent. Les gens sortent peu. Leur consommation est imprévisible », explique Louis-Marie Bellot. En conséquence, la dernière semaine de mars et la première d’avril sont des semaines qui accusent une forte baisse dans commandes reçues par le minotier. A ce jour, le chef de file considère qu’il est trop tôt pour se projeter sur les résultats d’avril. « Nous sommes dans une période inédite. Nous n’avons aucun point de repère ». Il cite pour preuve l’inattendu marché de la farine en sachet d’un kilo. Les rayons épicerie des supermarchés ont été dévalisés. Toutes les grandes surfaces nous appellent. Pour tenter de répondre à la demande, nous avons fermé notre point de vente sur site pour réorienter du personnel ». Sur ce produit, Louis-Marie Bellot fait face à une demande qui explose littéralement. « Les volumes commandés sont multipliés par vingt. C’est hallucinant ».   

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
Sécheresse, printemps, Deux-Sèvre, élevage, céréales.
Chaque jour qui passe entame le potentiel des cultures fragilisées par le gel
En un mois, l’excellent potentiel créé par les conditions météo de l’hiver est largement entamé. Chaleur en mars, froid, vent d’…
Publicité