Aller au contenu principal

La désinfection des sites contaminés est en cours

Un mois après avoir perdu l’ensemble des dindons de sa bande de fin d’année, Patrice Bonnet pense aux futures mises en place. Alors que la désinfection du site avance doucement, l’éleveur aimerait relancer la production début mars.

Le site de l’exploitation de Patrice Bonnet est isolé. La désinfection est en cours. L’éleveur aimerait pouvoir remettre en place des animaux début mars.
Le site de l’exploitation de Patrice Bonnet est isolé. La désinfection est en cours. L’éleveur aimerait pouvoir remettre en place des animaux début mars.
© N.C.

Patrice Bonnet ne comprend pas. Pas plus que les services de la DDCSPP venus enquêter après que son élevage a été décimé par l’influenza aviaire. « Le H5N8 », précise l’éleveur de La-Chapelle-Bâton. Les premiers cas cliniques, alors que l’agriculteur était loin de s’imaginer ce qui se préparait, ont été constatés le 22 décembre. « À 8 heures, alors que j’enregistrais une légère baisse de l’indice de consommation, je ramassais trois morts ». À midi, technicien et vétérinaire de l’exploitation étaient mobilisés. « Je ramassais 27 cadavres ». Il aura fallu 48 heures au virus pour détruire le travail de quatre mois. « Le 24 décembre, six jours avant le départ programmé du lot, les 4 700 dindons étaient morts », retrace l’exploitant.


Lorsque l’influenza aviaire a été confirmée quelques jours plus tard, l’élevage est tombé sous le coup des arrêtés préfectoraux. « Depuis le début de l’hiver, nous travaillons avec le groupement au développement des mesures de biosécurité sur l’élevage. Traçabilité, dératisation… tout était à jour. La présence du virus reste un mystère ». Pour autant, le producteur appelle à la vigilance, à la prudence. « Les barrières sanitaires, alors que l’on ne connaît pas bien le mode de propagation du virus, sont les seules sur lesquelles nous pouvons compter pour protéger nos élevages ».

Alors que le ministre a annoncé des indemnités quand les volailles ont été abbatues préventivement, les éleveurs fondent leurs espoirs dans un plan de sécurisation sanitaire renforcé, avec un accent mis sur les mouvements d'animaux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
HVE : entre bio et conventionnel, la voie du milieu
Simple logo de plus ou réelle opportunité pour les agriculteurs, la Haute valeur environnementale (HVE) progresse dans le paysage…
Publicité