Aller au contenu principal

La double peine des agriculteurs et éleveurs irrigants du Thouet

Sans irrigation, Assais-les-Jumeaux devrait tirer un trait sur les productions végétales spécialisées et l’élevage. Avec l’arrêt des prélèvements dans le Thouet, les agriculteurs de la commune ne peuvent compter que sur la pluie pour sauver leurs récoltes.

Dominique Rousseau, Joël Nerbusson Benoît Guérin devant un enrouleur à l’arrêt. Sans irrigation, graines potagères, maïs ensilage et maïs semence sont condamnées.
Dominique Rousseau, Joël Nerbusson Benoît Guérin devant un enrouleur à l’arrêt. Sans irrigation, graines potagères, maïs ensilage et maïs semence sont condamnées.
© G.R.

«Personne n’imaginait que l’on en arriverait à une pénurie d’eau ». Dominique Rousseau comme les autres irrigants de la commune d’Assais ont dû se rendre à l’évidence après les travaux sur le barrage du Cébron qui ont pris du retard à l’automne dernier, mais aussi à cause de la faible pluviométrie de l’hiver.
Sur la commune, l’irrigation est gérée par l’Association syndicale autorisée des exploitants de la plaine d’Assais, soit un tiers des volumes alloués à partir du barrage qui réalimente le Thouet. Mais cette année, elle est réservée à l’eau potable alors qu’en l’absence de pénurie, 3 millions de mètres cubes lui sont réservés. Tout au moins pour une utilisation du 15 juin à fin septembre, alors qu’au printemps « les prélèvements dans le Thouet sont possibles, sans réalimentation par le barrage », explique le président de l’ASA, Joël Nerbusson. « Mais aujourd’hui, nous n’avons pas la possibilité d’irriguer la nuit, regrette Benoît Guérin. Nous sommes un peu agacés parce que nos collègues qui ne dépendent pas de l’eau du Cébron - sur la Dive, par exemple - sont soumis aux restrictions d’un arrêté préfectoral, comme nous, mais ils peuvent irriguer la nuit pour des cultures qui ne sont pas dérogatoires, comme le maïs grain ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Les JA mettent en scène la comédie amère des prix agricoles
Répondant à un appel national à manifester, les JA et la Fnsea 79 ont organisé une remise des prix décalée à l’intention des GMS…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Restaurateurs et éleveurs réunis autour de mêmes valeurs
La société Dénoues a créé une marque pour restaurer le lien entre amoureux de bonne viande. L’idée ? Que l’éleveur sache où part…
Publicité