Aller au contenu principal

La faucheuse a mis le curseur vers la qualité

Les pluies du début de semaine ont été synonymes de relâche pour les matériels de récolte d’herbe. D’après les premiers échos du début de campagne, la saison herbagère part sur de bonnes bases.

Si le volume d’herbe est moindre cette année, sa qualité permet d’envisager sereinement l’avenir alimentaire des cheptels.
Si le volume d’herbe est moindre cette année, sa qualité permet d’envisager sereinement l’avenir alimentaire des cheptels.
© Ronan Lombard

Un cru parti pour laisser un bon souvenir. Et si 2016 était une belle année pour l’herbe ? Alors que les cycles de récoltes précoces s’achèvent, le constat général se résume par un volume moindre mais de la qualité. Dans l’ensemble, les stocks d’herbe récoltés permettent aux éleveurs cultivateurs de cet or vert, a priori pas trop cher, d’envisager sereinement l’avenir alimentaire de leur cheptel.
Lors des précédentes campagnes, les quantités ramassées ont été assez importantes. « Il y a des stocks d’avance dans beaucoup d’élevages », note Gérard Hoppenreys, référent du sujet à la chambre d’agriculture. Du coup, l’objectif de cette année pourrait être de privilégier le critère de la qualité, même si cela pénalise le volume récolté à chaque coupe. « C’est un conseil à garder en tête pour toute la saison », insiste le conseiller.
Coïncidence heureuse ? À Celle-sur-Belle, un éleveur lancé dans la fabrication de balles d’enrubannage mettait en avant le bon stade de la prairie de fétuque qu’il avait fauché, espérant ainsi bénéficier de bonnes valeurs alimentaires pour son fourrage.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 13 mai 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Réserves de substitution, Sèvres Niortaise
Les agriculteurs s'engagent collectivement à réduire de 50% les produits phytosanitaires à horizon 2025
Deux ans jour pour jour après la signature du protocole d'accord, la commission d'évaluation et de surveillance, en charge du…
Couvre-feu avancé : " une mesure qui a du sens " pour le préfet
Lors de la désormais traditionnelle conférence de presse préfectorale sur l'épidémie en cours, le préfet a décliné en local les…
Publicité