Aller au contenu principal

FCO
La FCO pique un nouvel élevage deux-sévrien

La circulation virale est soutenue. Pour protéger les animaux sains, le GDS appelle les éleveurs à vacciner.

860 cas, le 18 juillet. 973 cas, le 24 juillet. 1 300 cas, le 27 juillet. Les chiffres sont sans appel. La circulation virale en 2008 s’apparente malheureusement à celle de 2007. Le climat de l’été profite au moucheron Culicoïde dont un nouvel élevage des Deux-Sèvres est victime. En fin de semaine dernière, un nouveau cas de FCO sur un bovin était confirmé sur la commune de Saint-Aubin-du-Plain par la préfecture des Deux-Sèvres. « Vaccinez, vaccinez, vaccinez », appelle Karl Muhlberger, directeur du groupement de défense sanitaire du département (GDS). « Même si des cas sont confirmés dans les troupeaux, il faut agir. Il n’est jamais trop tard pour protéger les animaux sains. » Alors que l’Afssa elle-même confirme l’innocuité des vaccins « y compris en période de forte pression virale », le GDS invite les éleveurs à prendre contact avec leur vétérinaire. « Pour les petits ruminants, des doses sont disponibles. Pour les bovins, ça arrive. » Et Karl Muhlberger de rappeler les tarifs de référence préconisés par la profession. « 28 euros la vacation du vétérinaire et 1,39 euro l’injection par bovin et 0,45 euro l’injection à un petit ruminant. » Les éleveurs dont le troupeau malheureusement est concerné par la maladie doivent prendre contact avec leur vétérinaire. Le traitement administré aux sujets malades peut être pris en charge, pour une partie, par la caisse de solidarité santé animale, « dans la mesure où l’exploitant demandeur est à jour de sa cotisation au GDS », rappelle Karl Muhlberger. C.P.Caprin : la double injection interroge - Le GDS, au-delà de la prolifération de la maladie en cette période estivale, s’interroge sur l’avenir. L’hiver prochain, la liste des prophylaxies obligatoires devrait s’allonger. Des mesures de protection contre la FCO devraient s’imposer. Dans cette perspective, le groupement de défense sanitaire interpelle le ministère de l’agriculture quant à la nécessité des deux injections préconisées pour les caprins. Le GDS attend une réponse rapide afin de limiter les frais imposés aux éleveurs. « Aucune étude scientifique n’a démontré l’inefficacité d’un vaccin unique. Sur quoi se base-t-on aujourd’hui pour affirmer la nécessité de ces deux injections ? », interroge Karl Muhlberger.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Étang de Beaurepaire : la digue fermée à la circulation complique le quotidien
La fermeture de la route qui traverse l’étang de Beaurepaire oblige à faire un détour de 10 kilomètres. Les fonds pour mener les…
Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
À la découverte de la petite Toscane argentonnaise
Loin de la plaine du sud, à équidistance de Bressuire et de Thouars, le village d’Argenton-les-Vallées se tient entre deux rives…
Publicité