Aller au contenu principal

Congrès
La FDSEA agit pour que l’agriculture reste au cœur de l’emploi

Mardi 17 mars, le rendez-vous est fixé à 19 heures, à la salle polyvalente de Châtillon-sur-Thouet. « L’agriculture au cœur de l’emploi », sera le thème de ce 63e congrès de la FDSEA. L’occasion de fixer des ambitions économiques pour les exploitations.

Une semaine avant le congrès du 17 mars, les présidents des commissions et sections de la FDSEA se réunissaient pour préparer le congrès dont le thème central sera l’emploi.
Une semaine avant le congrès du 17 mars, les présidents des commissions et sections de la FDSEA se réunissaient pour préparer le congrès dont le thème central sera l’emploi.
© DR

«Il faudra se cramponner », reconnaît Patrice Coutin, président de la FDSEA. En cette période, on ne le sait que trop bien, l’emploi dépend de la dynamique économique. La solidarité qui « caractérise les paysans », leur hâte dans la mobilisation « comme ils ont encore su le faire au cours de l’année 2008 », sont des garanties.  L’élu professionnel est confiant. Ses troupes également. « Nous n’en sommes pas à notre premier défi, encourage Sylvie Macheteau, secrétaire générale de la FDSEA. La capacité d’adaptation des agriculteurs est une force. Elle fera le poids face aux difficultés économiques qui ces derniers mois bousculent le monde agricole. » Après l’artisanat, l’agriculture pourrait bien devenir la première entreprise de France, annonce avec ambition la note d’introduction aux débats qui auront lieu mardi 17 mars à Châtillon-sur-Thouet.
Un objectif peut-être déjà tout proche, pressent Jean-Marie Gautier, secrétaire général adjoint de la FDSEA :
« On parle, et regrette à juste titre les difficultés qui menacent les emplois d’Airbus. Des emplois nombreux. En revanche, peu de personnes s’émeuvent d’une agriculture qui vacille. Pourtant, entre les emplois liés à la production et ceux de l’amont et de l’aval des filières, les conséquences sont tout aussi significatives ». Et de rappeler les chiffres des Deux-Sèvres. « Un emploi sur cinq dépend directement ou indirectement de l’activité agricole. » Une proportion au-delà la moyenne régionale qui est de un pour sept selon le militant annonçant par ailleurs une  moyenne nationale de un pour huit.
Lors de leur congrès départemental,  c’est, conscients de la responsabilité qui pèse sur l’agriculture et avec la force des gens convaincus de l’intérêt pour les territoires de préserver la prépondérance des emplois agricoles, que les adhérents de la FDSEA placeront cet enjeu au cœur de leurs réflexions. Maintenir, pour les années à venir, la situation actuelle est l’ambition affichée par le président départemental, dressant une liste non exhaustive, mais déjà longue, des points à travailler pour  réussir. « Outre l’amélioration de l’image de nos métiers auprès des jeunes générations, il faudra s’investir, encore et encore, au profit de l’amélioration de nos revenus. Les rencontres avec les entreprises de l’aval devront se poursuivre pour faire valoir les intérêts des exploitants créateurs d’emplois que nous sommes. Les négociations avec la grande distribution devront avoir lieu afin d’obtenir une meilleure répartition de la valeur ajoutée. » Le chantier ouvert lors de ce prochain congrès sera vaste. Les adhérents de la FDSEA en sont convaincus. « C’est en se serrant les coudes que nous le mènerons à bien », appelle Patrice Coutin.

Le programme
Le 63e congrès de la FDSEA des Deux-Sèvres se déroulera le mardi 17 mars, à la salle polyvalente de Châtillon-sur-Thouet. Attention, cette année, le congrès débutera à 19 h pour se terminer à 22 h 30. Il sera suivi d’un buffet. Ce changement d’horaires a été voulu par le conseil d’administration de la FDSEA avec un objectif d’augmenter le taux de participation. Les adhérents qui ne sont pas encore inscrits peuvent le faire jusqu’à lundi 16 mars à midi.
L’invité sera Claude Cochonneau, vice-président de la FNSEA et responsable  de la commission nationale emploi pour apporter sa vision sur le thème « l’agriculture au cœur de l’emploi ». Le programme de ce 63e congrès annuel est le suivant : de 19 h à 20 h, séance à huis clos avec la présentation du rapport financier par le trésorier, modification des statuts, élections des membres de la commission statuts et conflits et débat en interne.
A partir de 20 h, ouverture de la séance publique par l’accueil des invités, présentation du rapport d’activités et du rapport moral de la secrétaire générale suivi d’un débat avec la salle. La deuxième partie du congrès sera consacrée à la présentation de la note d’introduction au débat sur « l’agriculture au cœur de l’emploi »  avec la participation  de Claude Cochonneau, puis viendront les différentes interventions des personnalités pour clore ce congrès.
Ce congrès n’échappera pas à l’actualité, on peut penser que le bilan de santé de la PAC s’y invitera, suite aux annonces du ministre de l’Agriculture sur les orientations retenues par la France.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
La vente de taureaux des Sicaudières se tiendra en présentiel et en ligne
Le 12 mars, la station d’évaluation du lycée agricole de Bressuire proposera 35 taureaux à la vente. Dernière vente de charolais…
Publicité