Aller au contenu principal
Font Size

Capr’Inov
La fierté d’une filière exprimée au salon Capr’Inov

Trois mille visiteurs se sont rendus à cette troisième édition de Capr’Inov. Ce salon qui fait honneur à la filière caprine confirme son succès.

 

Certains comme Denis Philippe et Séverine Van Hasselaar n’ont pas hésité à parcourir 250 kilomètres pour se rendre à Capr’Inov. Ce couple d’éleveurs installé à Saint-Christophe- en-Bazelle (Indre) est venu en Deux-Sèvres, motivé par la mise en œuvre d’un projet d’investissement de taille. En 2011, ils changeront l’équipement de traite. Le quai recevra deux fois 24 postes. Une sortie rapide sera installée. Leur ambition : diviser par deux le temps de traite des 400 chèvres.  

Pour Franck Poussard, Céline, sa femme et Charlotte, la plus jeune de leurs trois enfants, la route aura été moins longue. Cette année, comme en 2008 et en 2006, ils sont venus de Clessé « pour voir les nouveautés,  rencontrer leurs fournisseurs dans un autre contexte que celui de l’exploitation ». Sur leur exploitation – 80 ha, 300 chèvres et 250 brebis – aucun investissement n’est programmé à court terme. Mais ce salon, c’est celui de la filière caprine, « c’est le nôtre. Il serait dommage en habitant si près de ne pas y faire un tour. On y découvre toujours des choses intéressantes ». 

Comme eux, les 24 et 25 novembre, 3 000 visiteurs ont parcouru les allées du salon Capr’inov. Sur 7000 m2, 160 exposants vantaient les mérites de leurs produits. « Le succès de ce salon, c’est sa spécialisation, affirmait Thierry Jayat, président de Capr’Inov. Ici, nous parlons tous de la même chose. » Pendant deux jours, les réalités de l’élevage caprin sont au cœur des discussions. Parfois, et c’est le cas en cette période de tension sur les marchés, il est difficile de parler d’avenir. Mais, malgré le contexte, l’ambiance particulière de Capr’inov aura permis d’aller de l’avant. L’équipe des Ets Méchineau Elevage-industrie, installée en face du ring de présentation des animaux, en témoigne. Présent depuis la première édition, cet exposant retient déjà son stand pour 2012. « L’ambiance est très bonne. Pendant ces deux jours, nous avons très bien travaillé. Nous avons rencontré nos clients mais également noué de nombreux contacts. » Dans les mois à venir, le vendeur de matériel de distribution d’aliments ira à la rencontre des éleveurs. Une porte ouverte sur de nouveaux marchés. 

Ce salon programmé toutes les années paires, les derniers mercredi et jeudi de novembre, n’aurait pas lieu sans la motivation d’une équipe de bénévoles assidue. « Sur quinze  mois, nous estimons à deux équivalents temps plein le temps consacré par les professionnels à la préparation de l’événement. Un salarié est également détaché à plein-temps sur l’organisation », témoigne Laurent Ferré directeur de la FRSEA Poitou-Charentes. La semaine du salon, les blousons orange (ils étaient ainsi vêtus pendant les deux jours), une dizaine d’agriculteurs assistés d’une dizaine de salariés, ont œuvré dans l’ombre. Pascal, Philippe, Samuel, Bruno, Thierry, Sylvie et les autres ont géré tous les contre temps, parfois dans l’urgence. C’est ainsi que Frédéric s’est improvisé mercredi matin, réparateur de salle de traite. « L’engin, pourtant essayé en amont, ne fonctionnait plus. » Au bout d’une heure avec l’aide des techniciens de Delaval et Boumatic qui spontanément se sont portés volontaires, la panne identifiée était réparée. « Chaque année, les éleveurs bénévoles se spécialisent », remarque Laurent Ferré. Ils s’approprient un domaine d’activité. De lourdes responsabilités pour chacun d’entre eux qui s’ajoutent au travail des exploitations qui ne s’arrêtent pas de tourner pendant Capr’inov. 

« Capr’Inov, notre salon », disent-ils fièrement. « Un salon exclusivement consacré à notre filière », entendait-on dans les allées. Un rendez-vous qui incontestablement fait honneur au petit monde caprin.               

 

Le palmarès du concours caprin

Race alpine
Meilleure mamelle jeune  : EARL Le Rousseau à Saint- Jouin-de-Milly.Meilleure mamelle adulte, championne jeune, championne adulte, prix de championnat et prix d’élevage : Jean-François Garnier  , Le Thou


Race saanen
Meilleure mamelle jeune : 2e section, EARL de Clairette à  Prin- Deyrançon ; 3e, 4e et 5e sections, EARL Lait’s go à Benet.Meilleure mamelle adulte :6e section, EARL L’Angle Giraud à Saint-Jean-de-Liversay (17) ; 7e section, EARL Les Ouchettes à Aigrefeuille d’Aunis (17) ; 8e section, GAEC Bouju Basse Garenne à Marans (17) et 9e section,  EARL Les Ouchettes.Campionne jeune : EARL Lait’s go.Championne adulte : GAEC Bouju Basse Garenne.Prix de championnat : EARL Lait’s go.Prix d’élevage : EARL Lait’s go.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Les glaces, une diversification rafraichissante et 100% locale
Depuis 15 ans, les 115 vaches du troupeau de la Roche laitière, à Brûlain, sont à l’origine d’une gamme de glaces vendues dans…
Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité