Aller au contenu principal

La filière française amorce la pompe à arguments

La directive européenne énergies renouvelables 2 (Red2) propose de substituer aux biocarburants de première génération ceux de la deuxième génération. Une position que fustigent les acteurs de la filière français en appelant l’addition des deux.

Dans son usine à Chalandray, la coopérative Centre Ouest Céréales produit 150 000 tonnes
de tourteaux pour 90 000 tonnes d’huile végétale. La vente de biocarburants de première génération sécurise un modèle économique.
Dans son usine à Chalandray, la coopérative Centre Ouest Céréales produit 150 000 tonnes
de tourteaux pour 90 000 tonnes d’huile végétale. La vente de biocarburants de première génération sécurise un modèle économique.
© Elisabeth Hersant

La coopérative Centre Ouest Céréales, qui fédère 2 000 adhérents sur les départements de la Vienne, des Deux-Sèvres, de l’Indre et de l’Indre-et-Loire, participe au débat qui s’ouvre sur le contenu de la directive européenne énergies renouvelables 2 (Red2). « La rentabilité de la production de biodiesel, et par incidence de protéines végétales sous forme de tourteaux, est menacée. Quid des 80 000 ha d’oléagineux produits par nos adhérents pour la trituration si de telles positions étaient validées », alerte François Pignolet, directeur général de COC.


Les propositions, officialisées fin novembre lors de la présentation par la commission européenne de son « paquet d’hiver » (1), seront étudiées dans les mois à venir par le Conseil et le Parlement européen. D’ici là, les acteurs de la filière française des biocarburants fourbissent leurs arguments. « En validant la directive dans ses termes actuels, non seulement l’Union européenne n’atteindra pas les 27 % d’énergies renouvelables dans la consommation d’énergie finale d’ici à 2030, mais en plus, les conditions de cet échec auront déstabilisé toute une filière économique construite sur le socle législatif de 2009 » (2), juge Claude Soudé, directeur adjoint de la Fédération française des producteurs d’oléagineux (FOP).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Léa Izambart
Léa veut s’installer, malgré les difficultés
Malgré une conjoncture en berne en bovins allaitants, Léa Izambart fourmille d’idées pour amener un nouveau souffle à l’…
Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Publicité